© Ville Antibes -Juan les Pins

James Bond, un espion sur la Côte d’Azur

« Mourir peut attendre », le dernier James Bond de Cary Joji Fukunaga, avec Daniel Craig dans la peau de 007, est sorti sur grand écran. Saviez-vous que depuis le début de ses aventures, le héros de Ian Fleming fréquente assidument la Côte d’Azur ? Passage en revue des spots préférés du plus célèbre des agents secrets.

La plage de l’hôtel du Cap-Eden-Roc au Cap d’Antibes

Dans la scène d’ouverture des « Diamants sont éternels », sorti en 1971, Guy Hamilton filme Sean Connery en train d’interroger (jusqu’à l’étrangler) une jeune femme sur une plage aménagée. Il tente de lui faire dire où se trouve son ennemi juré, Ernst Stravo Blofeld. Cette plage, c’est celle de l’hôtel du Cap-Eden-Roc, située à l’extrémité du Cap d’Antibes. En matière d’hébergement, James Bond a plutôt bon goût :  hôtel de style Napoléon III édifié en 1870, le Cap-Eden-Roc a été fréquenté par Jules Verne, Marc Chagall ou encore Rita Hayworth.

La Grande corniche et Monaco

Dans « Goldeneye » de Martin Campbell, sorti en salles en 1995, Pierce Brosnan, alias 007, se lance dans une course poursuite en voiture sur la Grande Corniche, qui chemine par le Col d’Eze. La scène, ponctuée de virages serrés et d’accélérations sonores, s’achève sur une vue plongeante vers la principauté de Monaco. Une autre scène du film a d’ailleurs été tournée dans le casino de Monte Carlo. En réalité, « Goldeneye » est le nom de la résidence paradisiaque de Ian Fleming, le père de James Bond, en Jamaïque. La villa, qui fait face à la mer des Caraïbes, a été acquise par l’auteur en 1946. C’est là qu’il a écrit la saga James Bond.

Saint-Tropez

Dans « Octopussy » de John Glen, sorti en 1983 avec Roger Moore, on peut voir 007 déambuler dans une superbe villa en bord de mer. Cette villa, rebaptisée « Octopussy » en l’honneur du film, et censée se trouver en Jamaïque, se situe en réalité à Saint-Tropez, et plus précisément au cap Saint-Pierre. Edifiée en 1956 pour le baron Fritz Von Opel, elle incarne le Saint-Tropez mythique des années 60. A cette époque, elle fut le lieu de grandes soirées mondaines. Il faut dire que le décor s’y prête : la Villa Octopussy dispose d’un port privé creusé dans la falaise, d’une piste d’hélicoptère, de neuf chambres et d’un jardin exotique avec cascades et d’une piscine à débordement.

Juan-les-Pins

Juan-les-Pins, sa célèbre pinède, ses plages de sable fin, ses casinos et ses fêtes sans fin… Dans les romans de Ian Fleming, c’est dans cette élégante et paradisiaque station balnéaire située entre Golfe-Juan et le Cap d’Antibes que James Bond s’accorde un break entre deux missions. Seul bémol : l’agent secret se plaint régulièrement que les lieux soient de plus en plus touristiques. Tout au long du XXe siècle, Juan-les-Pins n’a cessé de séduire, d’abord les anglo-saxons, puis les Américains, qui ont fait la renommée de la ville.

Villefranche-sur-Mer

Dans « Jamais plus jamais », sorti en 1983 avec Sean Connery, plusieurs scènes sont tournées sur le port de Villefranche-sur-Mer, plus précisément Quai de l’amiral Courbet. C’est là qu’est amarré le bateau de Largo, l’ennemi de James Bond et voleur de missiles. Dans le même film, on peut voir l’agent secret britannique danser avec Domino, la petite amie de Largo, dans le casino de Monte Carlo. 007 et la Côte d’Azur, c’est une histoire qui dure…

Nos suggestions
Decouvrir Paca Istock 1
Découvrir
quefaire-paca-istock-8.jpg
Que faire ?
Sejourner Paca Istock 1
Séjourner