img-name-mising

Le château d'eau

Site et monument historiques, Site industriel, XXe siècle à Forcalquier

  • Construction début des années 1920.

  • Les problèmes d’eau ont toujours été endémiques à Forcalquier.
    Dans les années 1910, les Basses-Alpes eurent pour député Louis Andrieux (pour la petite histoire, le père de Louis Aragon).
    Fort de son entregent dans les différents ministères, il appuya les requêtes des édiles Forcalquiérens et obtint des fonds nationaux (notamment une subvention du PMU qui servait alors à financer des opérations d’utilité publique) pour la construction d’un château d’eau qui permettrait d’acheminer l’eau...
    Les problèmes d’eau ont toujours été endémiques à Forcalquier.
    Dans les années 1910, les Basses-Alpes eurent pour député Louis Andrieux (pour la petite histoire, le père de Louis Aragon).
    Fort de son entregent dans les différents ministères, il appuya les requêtes des édiles Forcalquiérens et obtint des fonds nationaux (notamment une subvention du PMU qui servait alors à financer des opérations d’utilité publique) pour la construction d’un château d’eau qui permettrait d’acheminer l’eau des sources vers la ville.
    Malheureusement, la guerre de 14-18 vint interrompre ces beaux projets et les Forcalquiérens durent attendre la fin de la guerre pour voir le dossier remis sur le tapis. Les travaux débutèrent enfin en 1920.
    Et même en dépit de ce grand chantier, l’eau continua à manquer cruellement et les robinets ne coulaient plus au gros de l’été. Il fallut, en fait, attendre les années 1965 et la construction du barrage de la Laye par le Canal de Provence pour pouvoir se brosser les dents sans fermer le robinet !
    Concluons en citant notre historien Jean-Yves Royer : « Une des grandes sources d’angoisse des siècles écoulés désormais tarie, l’eau cessait d’être le sujet d’une épopée pour devenir l’objet d’une facture parmi d’autres ».
  • Langues parlées

    • Français
  • Tarifs
  • Gratuit
  • Visible depuis l'extérieur