tops-cyclosport-I201713709

TOP 5 des spots cyclosportifs

Envie de parcourir les mythiques étapes du tour de France à vélo ? La Région Sud est certainement l’endroit qu’il vous faut pour le cyclosportif que vous êtes. Mettez le petit braquet, et partez découvrir ces 5 spots incontournables !

Le Mont Ventoux

A l’assaut du géant de Provence

La réputation du Mont Ventoux n’est plus à faire en matière de vélo.
Êtes-vous prêt à relever le défi ? Trois ascensions possibles: par Malaucène, Bédoin ou Sault. Respectivement 21, 22 et 26 km… Comptez au total entre 1h30 à 3h30 d’effort pour un cycliste entraîné.
En chemin, entre deux coups de pédale, vous admirez la réserve de biosphère du Mont Ventoux. Choisissez l’itinéraire qui vous convient :
les grandes forêts de conifères et la vue sur les Baronnies Provençales en partant de Malaucène
la traversée des champs de lavandes depuis Sault
le mythe de l’ascension du Tour de France par Bédoin
Quel que soit le parcours, ne méprisez ni la chaleur ni le mistral.
Immortalisez votre arrivée au sommet, en faisant un selfie devant le panneau. Et s’il vous reste de l’énergie, prolongez cette belle ascension, avec notre top itinéraire tracé autour du Mont Ventoux.

Le col du Galibier

L’ascension mythique

Autre col mythique, le col du Galibier, col le plus emprunté par les coureurs du Tour de France.
Par le versant nord depuis Valloire, vous montez le col du Télégraphe puis le Galibier pour un total de 18 kilomètres. Le versant sud depuis Briançon est quant à lui considéré comme l’itinéraire le plus légendaire : vous grimpez le col du Lautaret avant le Galibier sur près de 35 kilomètres au total.
En chemin, reprenez votre souffle au monument Henri Desgrange, le fondateur du Tour de France, à l’entrée du tunnel côté briançonnais.
Sur le parcours, vous admirez la jolie vue sur les Rochilles, ces aiguilles découpées, visibles sur le versant opposé.

Le col de l’Izoard

L’incontournable

Le col de l’Izoard fait lui aussi les belles heures du Tour de France. De nombreux cyclistes amateurs rêvent de grimper un jour ses 1300 mètres de dénivelé.
Avec ses 2360 mètres d’altitude, le col de l’Izoard est un incontournable de la région. Deux plaques commémoratives rappellent encore les exploits sportifs de deux héros de l’Izoard : Coppi et Bobet. En juillet et en août, préférez la montée tôt le matin ou tard le soir. Gardez en tête que ce col est fermé de fin novembre à début mai.
Côté paysage, vous n’êtes pas en reste : au niveau du site de la Casse déserte, proche de l’arrivée, un cirque quasiment lunaire aux pentes nues vous offre une vue spectaculaire.

Le col de la Bonette

Grimpez la plus haute route d’Europe !

Vous parcourez 32 kilomètres d’ascension pour atteindre le sommet. De Barcelonnette jusqu’au point d’arrivée à la cime de La Bonette, une pente à 6,6 % de moyenne vous attend, allant parfois jusqu’à 9 % dans les parties les plus dures.
Dès les premiers lacets, vous plongez dans des paysages de verts pâturages au milieu des troupeaux de moutons. Les bêlements des moutons et les grondements des torrents laissent ensuite place à un décor lunaire rempli de blocs de pierre grisâtre. Une fois là-haut, prenez votre photo souvenir devant le monument dédié. Faites une pause sur le sentier pédestre qui vous conduit à 2 860 mètres d’altitude et observez le Viso, le Mont Pelat ou encore l’Italie depuis la table d’orientation…
Autre défi à relever pendant vos vacances: le challenge sportif des 7 cols de la vallée de l’Ubaye.

Les lacets du Turini

Dépaysement au bord de l’Italie

Une dernière aventure vous emmène sur les pentes du Col de Turini. Empruntez des parcours escarpés tracés au cœur du Parc naturel du Mercantour et grimpez les lacets du col mythique du Turini.
Ce col des Alpes-Maritimes est accessible par 4 voies différentes. Privilégiez l’ascension par la vallée de la Bévéra au départ de Sospel (1244 mètres de dénivelé sur 24 kilomètres de parcours). Cet itinéraire vous offre de superbes paysages de montagne dont regorge le Mercantour. À mi-chemin, vous traversez la Madone de la Menour, perchée sur un rocher dominant les gorges de la Bévéra.
Porteur de sensations, ce col fera frémir vos jambes autant qu’il a fait vibrer les pilotes du Rallye de Monte-Carlo.