Le Parc naturel régional du Queyras

Le Queyras, accessible par une unique route en hiver et également par les cols emblématiques d’Izoard et Agnel en été, abrite un patrimoine naturel et culturel exceptionnel.

Bienvenue dans le Parc naturel régional du Queyras

Les chamois, marmottes, l’aigle royal ou l’emblématique Tetras-Lyre y vivent à l’abri du monde urbain. Ouvert vers l’ouest et frontalier de l’Italie, le Parc est formé de montagnes culminant à plus de 3000 mètres, comme le célèbre Mont-Viso. Des cols mythiques tels que l’Izoard et Agnel mettent à rude épreuve les coureurs du tour de France. Les mélèzes y flamboient à l’automne et la forêt se couvre de neige l’hiver. Le bois constitue d’ailleurs une ressource économique, servant aussi bien aux constructions qu’à la fabrication de meubles et de jouets. Son architecture remarquable, spécifique d’une vallée à l’autre avec notamment les fustes de Molines à Saint-Véran ou les fermes à arcades d’Arvieux en fait une destination de choix. Envoutant, le Queyras est l’un des rares paradis oubliés des Alpes.

Site officiel du Queyras

Ambiance Queyras

Si vous vous baladez dans le Queyras, 1 jour sur 3 vous apercevrez une mer de nuage à partir de 10h jusqu’au coucher du soleil. Il s’agit de la Nebbia, de la vapeur d’eau dégagée par le soleil depuis le Bassin du Pô. Un phénomène expliqué par un climat sec qui augmente les contrastes de températures liés à l’altitude. A l’automne, la forêt a des allures d’été indien. Pas étonnant, il semble qu’elle ait le même profil écologique que la forêt Boréale au Canada. Lors de votre balade, les aiguilles de mélèze craqueront sous vos pieds, seul conifère à perdre ses aiguilles à l’automne. Au printemps, vous répondrez à l’appel tonitruant des eaux torrentielles des gorges du Guil qui prend sa source à 2500 m d’altitude vers Abriès. On vous conseille de vous arrêter à la Fontaine pétrifiante de Réotier. L’eau est à 22° et la roche colorée expose des formes spectaculaires. Aux sources thermales du Plan de Phazy, vous pourrez vous baigner dans le bassin été-hiver. Quelle que soit la saison, les charmes naturels du Queyras vous envouteront.

Le pin, la star des forêts du Queyras.

Emblématique du Haut Queyras, les forêts de pins cembro, pins des Alpes, et de mélèzes, situées à une altitude record de 2 500 m, n’ont que 3 mois pour se développer. Sur les versants ensoleillés, admirez le puissant pin sylvestre. Considéré comme le « gros dur » de la famille des pins, résistant face aux avalanches, il est capable de pousser sur des terrains escarpés. Enfin, sur les sols plus pauvres, c’est le pin crochet qui s’épanouit. Jusqu’à 2400 m, le climat rigoureux ne lui fait pas peur et il contribue à la fixation du sol. Et si vous passez la porte d’une maison queyrassienne, vous y verrez certainement un mobilier fait en bois de pin.

Vous n’êtes pas seuls dans le parc

A l’automne, levez la tête pour apercevoir la mésange noire dans les forêts de conifères, c’est la période de migration altitudinale vers les vallées. Au printemps, vous serez à l’affut de la marmotte des Alpes qui sort de son hibernation. Ouvrez vos oreilles, elle se repère par son sifflement. Attention, l’Aigle Royal la cherche aussi ! Un autre chant à observer est celui de la Chouette de Tengmalm qui est en période de reproduction. Saurez-vous la reconnaître ? on vous aide :  5 à 7 « oup » émis durant une à deux secondes, entrecoupés d’intervalles de 2 à 3 secondes. Facile, non ? En été, armez-vous de vos jumelles et cherchez les bouquetins en altitude et les chamois et les mouflons un peu plus bas. Restez en alerte, tout ce petit monde et bien d’autres accompagneront vos balades.

Observer la faune et la flore

La touche Vauban

Ce territoire de haute montagne, dessiné par les eaux et les glaciers, a aussi été marqué de l’empreinte de Vauban. Mont-Dauphin et ses fortifications en sont une belle illustration. Outre la dimension historique, la vue y est étourdissante de beauté. Si vous voulez découvrir une autre œuvre de cet urbaniste avant l’heure, rendez-vous à 1400 m d’altitude, à Château Queyras. Vauban a repensé et réaménagé son fort, à l’origine un bastion moyenâgeux.

Saint-Véran, village typique est une étape incontournable. Il cumule les distinctions : classé parmi les plus beaux villages de France, il est aussi la plus haute commune d’Europe et le premier site habité du Queyras. Pour briller auprès de vos amis à votre retour, précisez que le mot Queyras vient de Quariates, nom de la première population sédentaire de Saint-Véran. Ne manquez pas son observatoire, pour repartir avec pleins d’étoiles dans les yeux.