© Fotolia

Briançon

Nature, histoire et couleurs

Ville d’histoire fortifiée par Vauban et classée au patrimoine mondial de l’Unesco, Briançon séduit par ses multiples facettes. Ici, sports d’hiver, balades et échappées culturelles se pratiquent en toute liberté.

Nature et sports d’hiver

Briançon, un grand bol d’air pur

Avec ses 1326 mètres d’altitude, Briançon est derrière Davos, en Suisse, la plus haute ville d’Europe. L’air y est pur et les massifs environnants, creusés par les vallées de la Durance, de la Clarée, de la Guisane, de la Cerveyrette et de l’Orceyrette, verdoyants. Ici, l’homme a entretenu de tout temps des liens étroits avec une nature brute et sauvage à la faune et à la flore diversifiées. Pour les découvrir, rendez-vous à la Maison du Parc du Briançonnais. Depuis la terrasse de la porte de la Durance, regardez couler la rivière, matinée de reflets argent, en contrebas. En mode hiver, on attrape ses skis avant de filer à Serre-Chevalier. Avec ses 410 hectares de domaine skiable balisé, la station fait partie des plus grands domaines d’Europe.

Les fortifications Vauban

Un trésor d’architecture classé à l’Unesco

Briançon est indissociable de ses fortifications, témoins de son histoire.  Sous le règne de Louis XIV, le royaume de France est en guerre contre de nombreux pays d’Europe. Le roi fait appel à Vauban, ingénieur et architecte militaire, pour édifier des fortifications en Dauphiné et en Provence.  L’enceinte bastionnée de Briançon, qui renforce ses remparts médiévaux, est érigée entre 1692 et 1723. Depuis le Chemin de ronde supérieure, qui surplombe la cité Vauban, admirez les forts des Salettes, des Trois-Têtes, du Randouillet, d’Anjou et le fort Dauphin, qui complètent ce chef d’œuvre architectural, classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2008.

 

Au cœur de la cité Vauban

Balade au parfum d’authenticité alpine

À Briançon, classée « Ville d’art et d’histoire », un monde de couleurs et de poésie s’ouvre à vous. Ruelles fleuries aux façades multicolores, cadrans solaires, placettes, fontaines, fresques et portes en bois sculpté… C’est le moment de réveiller son Instagram ! Au fil de la Grande rue, artère centrale de la vielle ville, on vogue de découverte en découverte. D’abord la fontaine des soupirs. Puis, au numéro 13, la curieuse Maison des Têtes : son ancien propriétaire y a fait sculpter dans le marbre les portraits de ses proches en costume local. Place d’Armes, on s’accorde une pause à l’une des – nombreuses – terrasses de café. Avant la visite des anciennes prisons du palais de justice, devenues centre d’art contemporain.

Nos suggestions