© Di Duca.M

Mont‑Dauphin

place forte alpine classée à l’Unesco

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2008, les fortifications de Mont-Dauphin contrastent avec la douceur et l’éclat des paysages alentours. Aujourd’hui, trouvez la porte au sein des remparts, visitez la ville des Hautes-Alpes et découvrez son héritage historique remarquable.

Ouvrage fortifié signé Vauban

Un monument pensé pour donner du temps… au temps

En 1693, ordre est donné par Louis XIV de construire une forteresse, en réponse aux attaques des troupes du Duc de Savoie. Aux commandes de cette édification, Vauban érige ici un modèle de fortifications et le baptise en l’honneur du fils de Louis XIV. Visiter Mont-Dauphin, c’est prendre la mesure du génie de Vauban : découvrez le fort des Têtes, le magasin à poudre, la caserne Rochambon avec son étonnant “plafond tunnel” formé par des arceaux. Ou encore le pont dormant, avec ses nombreuses arches. Continuez avec la visite de la lunette d’Arçon, une tour ajoutée au XIXème siècle par le général du même nom et un ensemble de galeries souterraines qui complète le dispositif. Une fois sorti des souterrains, distinguerez-vous l’échauguette, quiservait d’abri aux guetteurs ? Un indice : elle est suspendue à la façade !

La voie est libre !

Panoramas grandioses servis sur un plateau

Perchée à 1050 mètres, à une dizaine de minutes de Risoul, la place forte est bâtie sur un rocher, sur le plateau des « milles vents ». Le site est choisi pour son emplacement stratégique : il surplombe les vallées du Guil et de la Durance et protège ainsi la Provence et le Dauphiné. On apprécie désormais les extraordinaires points de vue : les montagnes du Queyras nous font face, tout comme les glaciers du massif des Écrins. Bonus : le sentier des marmottes, qui permet de découvrir la forteresse en un peu plus d’1 heure 30 avec un parcours facile, adapté aux enfants. Au printemps et en été, il est probable que de charmantes petites bêtes à poil viennent saluer votre passage. Un peu plus haut dans les airs, ouvrez l’œil pour capter le vol des chauves-souris qui y ont élu domicile.

Cultiver son héritage

Cueillette de légendes locales au jardin

Architecte génial, Vauban fut aussi l’auteur de plusieurs règles de vie au sein de la forteresse. Elles régissaient par exemple l’alimentation des soldats. Au sein du jardin historique, découvrez des plants alimentaires et médicinaux : de quoi préparer la fameuse « soupe au bled » composée de froment, lard, oignons et ciboules dont parlait Vauban. Le jardinier du site prend soin de variétés anciennes comme le seigle barbu du Queyras, les iris noirs ou l’épinard rose. Et n’hésite pas à partager sa passion et ses connaissances.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par Isabelle Vecchione Beauvais (@isabeau_spqr) le