Les Hautes‑Alpes, première terre du bio en France

Après des années de transition vers le biologique, le département des Hautes-Alpes s’impose aujourd’hui comme la référence nationale dans ce domaine. Au cœur des vallées, ses exploitations agricoles respectueuses de l’environnement affirment toute la qualité de son terroir d’exception.

 

Publié le 25 octobre 2021

Première sur le bio en France

Le territoire des Hautes-Alpes compte désormais parmi les plus engagés en matière de bio en France, et il figure même à la première place de ce classement annuel selon les études de l’Agence BIO (l’agence chargée du développement et de la promotion de l’agriculture biologique en France). Cette première place n’est en rien surprenante, et pour cause : près de 40 % de ses terrains agricoles sont certifiés bio. Des terrains qui produisent dans le respect de la charte biologique, du vin, des salaisons, des fromages, des légumes, et des fruits comme les fameuses pommes des Alpes-de-Haute-Durance IGP.

Un terroir impliqué dans cette dynamique

Dans les Hautes-Alpes le bio est partout, et même les champignons n’y font pas exception. Shiitake et autres pleurotes grandissent dans un environnement exceptionnel, à l’intérieur de la caserne Rochambeau inscrite au Patrimoine Mondial de l’UNESCO (Vauban), dans le village fortifié de Mont-Dauphin. Les bleus du Queyras et autres pâtes molles de la fromagerie de Monbardon et de la Coopérative laitière des Alpes du Sud s’affinent aussi dans ce monument national. Pour les accompagner, rien de tel que quelques gouttes d’une des 200 différentes bouteilles de Chartreuse “La Grave-La Meije 3200”.

Qui se poursuit jusque dans l’assiette

Les Alpes-de-Haute-Provence proposent un autre précieux liquide, l’eau minérale de Montclar, captée à 1 650 m d’altitude (ce qui fait d’elle la plus haute source de France). Entre Provence, Italie et Méditerranée, les Alpes du Sud proposent un beau choix de spécialités, des tourtons du Champsaur aux oreilles d’âne du Valgaudemar en passant par le fontu du Queyras et les fameux farcis niçois. Une cuisine goûteuse, saine, et en grande partie végétale.

Un département exemplaire et inspirant

Particulièrement sensibles aux nouvelles tendances de consommation, plus saines et respectueuses de l’environnement, les Hautes-Alpes ont profité de ces dernières années pour investir dans l’agriculture biologique. Cette tendance leur a permis de s’attacher les services de nombreux et jeunes nouveaux agriculteurs sur l’année 2020, au nombre de 40 et dont plus de la moitié d’entre eux sont spécialisés dans le biologique. Première terre du bio en France, les Hautes-Alpes renforcent de ce fait leur caractère unique, préservé et respectueux de l’environnement, pour devenir l’une des destinations phare du tourisme durable sur le sol français.

Nos suggestions
Decouvrir Paca Istock 1
Découvrir
quefaire-paca-istock-8.jpg
Que faire ?
Sejourner Paca Istock 1
Séjourner