Rencontre avec Olivier, Garde Moniteur dans le Parc national des Ecrins

Parmi les plus beaux coins de France, le Parc national des Ecrins collectionne les atouts. On s’y rend pour randonner dans les Alpes, tracer sa voie sur les sentiers préservés, vivre des moments intimes avec la faune et la flore protégées…. C’est aussi le terrain de jeu unique d’Olivier Warluzelle, Garde Moniteur au Parc. Rencontre.

Vous travaillez dans la nature, quelles sont vos missions ?

Je me lève chaque matin pour aller au travail, comme tout le monde… à un détail près : mon bureau est un grand, très grand open space. Garde Moniteur au Parc National des Ecrins depuis plus de 20 ans, la routine n’a pas sa place dans ce métier en rapport avec la nature, tant mes missions sont variées :

  • faire appliquer la réglementation du Parc national des Ecrins auprès des différents publics
  • mettre en place des protocoles scientifiques pour suivre l’évolution de la faune, de la flore, des glaciers, des différents paysages, des lacs… Nous réalisons actuellement une centaine de protocoles, en collaboration avec des laboratoires de recherche
  • sensibiliser toujours plus les publics aux bons gestes à adopter (locaux, publics scolaires, touristes, les grands randonneurs ou les amateurs)
  • entrer en contact avec tous les usagers de la montagne (bergers, guides, gardiens de refuges…
  • entretenir et aménager le Parc

En randonnée dans les Alpes du Sud, quels sont les bons gestes à adopter ?

Lorsque l’on visite un espace naturel, on ne se rend pas toujours compte des dérangements possibles pour la faune. À force de répétition, les conséquences peuvent-être graves. Mon principal conseil lorsque l’on part en visite ou en randonnée dans les Alpes du Sud, et dans tout espace naturel, est d’être à la fois curieux et discret en appliquant quelques règles :

  • se renseigner avant de se lancer dans une randonnée : on ne connaît pas toujours les codes, les réglementations, la difficulté des sentiers…
  • garder ses distances : on utilise des jumelles et on reste loin des animaux pour prendre la photo qui affolera le compteur de likes sur Insta
  • ne pas créer d’espace de camping, ni de feu
  • laisser le site tel qu’on l’a trouvé : on redescend tous les déchets que l’on a générés

À travers votre métier atypique, comment sensibilisez-vous le public ?

Nous, gardes de Parc national, sommes convaincus que la sensibilisation passe par la conversation, les échanges et plus généralement la transmission d’informations. Ce volet s’opère auprès de nombreux publics. Nous intervenons dans les classes auprès des enfants pour, dès le plus jeune âge, leur apporter les connaissances et les bons gestes à adopter dans le Parc national des Ecrins. Nous partons également à la rencontre des randonneurs, pour discuter avec eux sur ce beau terrain de jeu. Nous distribuons aux nouveaux arrivants dans la montagne un dépliant avec les clés pour réussir sa randonnée dans les Alpes du Sud, passer sa première nuit en refuge, etc. Plein d’astuces utiles.

Vos endroits préférés dans cette nature préservée du Parc national des Ecrins ?

Sans grande surprise, le Valgaudemar, que je surnomme l’Himalaya du sud des Alpes. Cette vallée au caractère montagnard, remplie de force est mon coup de cœur absolu. Le fond se situe à environ 1 000 m et elle est entourée de montagnes hautes de plus de 3 000 m. J’aime randonner sur ses chemins, poser mon regard sur ses courbes, approcher le soleil lorsqu’il vient se coucher sur la vallée. Avis aux amateurs ou grands randonneurs, le Valgaudemar vous transforme !

Un souvenir magique dans le Parc National des Ecrins ?

Il arrive souvent de faire de belles rencontres puis de les oublier au fil du temps. Mais un tête-à-tête avec un Gypaète barbu, plus grand vautour de la faune européenne, ça ne s’oublie pas. Il y a quelques années, j’étais en montagne pour observer des bouquetins aux jumelles, puis j’ai senti une présence au-dessus de moi : le Gypaète barbu était là, il montait, descendait, remontait… Il était si près que je voyais le cercle rouge de ses yeux. Un moment magique, plein d’émotions qui a duré 15 belles minutes inoubliables !

Nos suggestions
Decouvrir Paca Istock 1
Découvrir
quefaire-paca-istock-8.jpg
Que faire ?
Sejourner Paca Istock 1
Séjourner