Grotte Cosquer MarseilleGrotte Cosquer Marseille
©Grotte Cosquer Marseille|A.Salor

La Grotte Cosquer

de la mer à la terre

La reconstitution de la Grotte Cosquer ouvre ses portes le 4 juin 2022 à la Villa Méditerranée. Grâce à la Région Sud, ce trésor archéologique situé à -37 mètres sous les eaux dans les calanques et amené à disparaitre, est enfin immortalisé.

 

La Grotte Cosquer : un trésor sous la mer

En 1985, le plongeur Henri Cosquer découvre un trésor archéologique dans les calanques de Marseille, et plus précisément dans la calanque de la Triperie non loin du Cap Morgiou, à -37 mètres en dessous du niveau de la mer. La grotte, qui portera bientôt son nom, est ornée de plus de 500 exceptionnelles œuvres d’art pariétal. Parmi elles, des animaux (pingouins, phoques, chevaux, bisons, aurochs), mais aussi des mains dessinées au pochoir. L’ensemble constitue un témoignage exceptionnel de la présence humaine sur ce site à deux périodes : il y a 33 000 ans et 19 000 ans avant notre ère. A cette époque, l’entrée de la grotte était hors d’eau. La montée des océans, depuis la fin de la glaciation, a changé la donne. La grotte Cosquer est aujourd’hui menacée par la montée du niveau de la mer (environ 3 millimètres par an). A terme, elle est vouée à disparaitre. Pour immortaliser ce patrimoine hors-pair et sensibiliser à la problématique du réchauffement climatique, la Région Sud a souhaité la création d’une restitution ultra-fidèle de la grotte Cosquer au cœur de Marseille. Un projet à 70 millions d’euros, qui verra le jour en juin 2022.

Découvrir

Cosquer Méditerranée : une restitution immersive et fidèle

C’est dans la Villa Méditerranée, face au Mucem, que la restitution de la Grotte Cosquer a pris ses quartiers. Prouesse architecturale signée de l’architecte italien Stefano Boeri, en collaboration avec Ivan Di Pol et Jean-Pierre Manfredi, elle appartient à la Région Sud. Érigée en 2013, utilisée depuis comme centre de conférences à l’occasion, la Villa Méditerranée n’avait, jusque-là, pas trouvé sa véritable vocation. C’est désormais chose faite.

Un parcours immersif

La visite commence par la passerelle de la Villa Méditerranée. D’ici, vous pourrez bientôt apercevoir la réplique du bateau d’Henri Cosquer. Passé la porte de la Villa Méditerranée, vous vous trouvez dans son centre de plongée : autour de vous, tout le matériel utilisé il y a une trentaine d’années. La scénographie a été pensée pour recréer l’expérience d’une vraie visite à -37 mètres sous le niveau de la mer ! Il est temps de rejoindre la grotte : les ascenseurs, équipés d’écrans, font office de cages de descente. L’espace en sous-sol permet une reconstitution quasiment à l’identique de la grotte, à l’échelle 0,96. Dans ce vaste ensemble, il faut imaginer que 44 modules de 6 places font cheminer les visiteurs dans un tunnel de 220 mètres de long, pendant 35 à 45 minutes.

Une prouesse technique

Pour créer la restitution de la grotte Cosquer, la véritable grotte a été numérisée. Des grilles, sur lesquelles a été déposé un recouvrement en béton, font office de structure. Un enduit de modelage vient ensuite reproduire les détails géologiques : failles, stalactites, stalagmites… Celui-ci est ensuite peint aux couleurs de la roche. Les panneaux comportant des œuvres d’art sont quant à eux crées par des peintres en atelier, sur des supports en résine. Le panneau est ensuite hissé à l’aide d’une poulie, puis raccordé au reste du décor. Rien n’a été laissé au hasard : chaque semaine, des géologues se sont assurés que le rendu est fidèle au réel. Un souci du détail à la hauteur de l’enjeu : Cosquer Méditerranée doit pouvoir accueillir 800 000 visiteurs par an.

Fermer