Fondation_Van_Gogh-Arles

Art contemporain en Provence-Alpes-Côte d’Azur

Questionnement et critique de notre époque, l’art contemporain contribue à nous donner des visions du monde de demain. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, de Toulon, à Marseille, Arles et Saint-Paul-de-Vence, on explore son univers décalé, fantasque, toujours source de réflexion.

L’art contemporain

Qu’est-ce que c’est ?

Le terme d’art contemporain est une appellation générique. Après les années 70, il n’existe plus de mouvements clairement identifiés par les critiques. L’art contemporain désigne donc l’art qui s’inscrit dans la lignée des mouvements artistiques précédents issus de l’art moderne et des avant-gardes. En principe, l’art contemporain se distingue par sa forte dimension critique et réflexive. Il questionne ses propres conditions de production. Mais aussi, bien sûr, son époque et les problématiques sociétales qui lui sont propres : la politique, l’histoire, les relations de domination, la notion de genre, l’écologie, le racisme … L’art contemporain est aujourd’hui issu de tous les points du globe. L’Europe, l’Amérique, l’Afrique, l’Asie et l’Océanie participent à ce dialogue incessant.

Le Musée d’art de Toulon

Minimalisme et art conceptuel

Parmi les œuvres phares du Musée d’art de Toulon, on retrouve la « Progression bleue » de Donald Judd, réalisée en 1975. Compilation de volumes d’aluminium agencée selon une formule mathématique précise, elle reflète l’essence du courant minimaliste, apparu au début des années 60 aux Etats-Unis. Héritier du Bauhaus, le minimalisme prône l’art par soustraction : pour se révéler pleinement, l’œuvre se doit d’être épurée à l’extrême. Au Musée d’art de Toulon, on découvre aussi des œuvres de Sol LeWitt et Daniel Buren, qui comptent parmi les grands noms de l’art conceptuel. Ce mouvement artistique a révolutionné les codes de l’art dans la seconde moitié du XXe siècle : l’œuvre puise désormais sa puissance dans son concept, dans l’idée qu’elle véhicule, et non plus dans ses propriétés esthétiques.

 

L’espace de l’Art Concret

Royaume de l’Art Concret

L’Espace de l’Art Concret (EAC) de Mouans-Sartoux abrite probablement l’une des collections d’art contemporain les plus riches et diverses du Sud. De nombreuses tendances y sont représentées, dont bien sûr l’Art Concret, mouvement artistique né en opposition à l’art abstrait, en partant du postulat que l’art est, quoi qu’il arrive, tangible. L’un des chefs de file de l’Art Concret est d’ailleurs Gottfried Honegger, artiste et collectionneur suisse et fondateur de l’EAC. À Mouans-Sartoux, on admire aussi des œuvres rattachées aux courants d’art minimal et conceptuel, ou du BMPT (groupe éphémère constitué des artistes Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier et Niele Toroni, créé en décembre 1966). Et on se laisse surprendre par une œuvre signée Dominique Figarella, monochrome rose dont le support est entièrement recouvert… de chewing-gum.

 

La Fondation Maeght

Monory, Christo, Chillida, Tapiès…

Outre les réalisations de grands maîtres de l’art moderne (Kandinsky, Calder, Braque), la Fondation Marguerite et Aimé Maeght de Saint-Paul de Vence abrite les créations de grands noms de l’art contemporain. Parmi eux, Jacques Monory, rattaché au mouvement de la Figuration narrative et dont l’œuvre, empreinte de noirceur, est dominée par la couleur bleue. La Fondation Maeght expose trois de ses peintures : « Pompéi » (1971), « Dream Tiger n°4 » (1972) et « Tigre n°5 » (2008). On marque aussi une pause devant les œuvres de Christo, couple d’artistes connu pour avoir emballé le pont Neuf de Paris en 1985. La Fondation a abrité en 2016 une installation (un « Mastaba » composé de 1106 barils) de grande dimension (9 mètres de haut, 17 mètres de long et 9 mètres de large) dont on peut aujourd’hui admirer le dessin. Enfin, la visite de la Fondation Maeght est aussi l’occasion de découvrir une sculpture en granit d’Eduardo Chillida, « Iru Burni », et une peinture, des dessins et lithographies d’Antoni Tapiès, dont l’œuvre mêle abstraction et symbolisme.

 

Le Mucem

Art contemporain et civilisations méditerranéennes

Emblème de Marseille depuis son ouverture en 2013, le Mucem (Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée) questionne nos sociétés à travers des expositions où se mêlent beaux-arts, anthropologie, histoire et art contemporain. Outre des œuvres « classiques » (tableaux, estampes, mobilier, costumes, bijoux…), on y découvre, à chaque saison, de nouvelles acquisitions très contemporaines axées sur la culture urbaine ou le patrimoine industriel. Au cœur du fort Saint-Jean, le bâtiment Georges Henri Rivière propose d’ailleurs très régulièrement des expositions dédiées à la création contemporaine en Méditerranée. C’était le cas de « Traces, fragments d’une Tunisie contemporaine » (2015), « Albanie » (2017), « Persona, Œuvres d’artistes roumains » (2018), ou « L’Afghanistan au risque de l’art » (2019). Le Mucem n’a pas fini de vous étonner…

Le Frac

L’Art contemporain dans toute sa pluralité

Toujours à Marseille, le Fonds régional d’Art Contemporain (FRAC) se révèle un véritable terrain de jeu pour qui entend s’initier à l’art contemporain. Laboratoire d’expérimentation artistique, il abrite plus de 1000 œuvres de toutes sortes : peintures, photographies, vidéos, sculptures, installations, dessins… Elles reflètent la diversité et la richesse des mouvements artistiques contemporains avec des artistes comme Joan Mitchell (expressionisme abstrait), connue pour ses toiles de grandes dimensions aux camaïeux de couleurs. Ou Pierre Soulages (art abstrait), père de l’« outrenoir », jeu de lumière né du relief généré par la couleur noire. On y croisera aussi des créations de Ben, devenu célèbre grâce à ses inscriptions blanches sur fond noir. Ou de Nan Goldin, photographe américaine dont l’œuvre est marquée par le parallèle entre photo et mémoire.

Van Gogh en héritage

La Fondation Van Gogh

À quelques kilomètres de Saint-Rémy-de-Provence, à Arles, la Fondation Van Gogh cultive elle aussi la mémoire du peintre. En plein cœur de la cité romaine où Van Gogh, attiré par la lumière provençale, s’est installé en 1888, la Fondation Van Gogh crée un trait d’union entre le travail du maître et la création contemporaine. Lieu de référence de la vie et de l’œuvre de l’artiste, elle atteste de l’influence considérable de son travail sur des générations de peintres. Toute l’année, à l’occasion d’expositions, des artistes contemporains sont invités à exprimer leurs liens avec l’œuvre de Van Gogh à travers leurs propres créations. Le lieu en lui-même constitue un hommage au peintre. Ancien hôtel particulier du XVe siècle devenu Banque de France dans les années 20, la Fondation a été habillée d’une toiture de verre qui magnifie la lumière du Sud, clé de l’œuvre de maître.

 

Le Musée Estrine

À Saint-Rémy-de-Provence, où Vincent Van Gogh a réalisé ses plus grands chefs-d’œuvre, Le Musée Estrine réunit des créations contemporaines directement inspirées par le maître hollandais du Fauvisme. Toutes ont en commun un attachement fort à la Provence. Au Musée Estrine, on voyage donc avec les toiles de Bernard Buffet (mouvement expressionniste), où s’épanouissent personnages, animaux, nus, paysages, natures mortes ou fleurs. Mais aussi avec les créations d’Edouard Pignon, qui a notamment travaillé sur les thèmes de la condition ouvrière, du travail de la terre, de la guerre et des paysages ensoleillés. On y retrouve également des œuvres signées Vincent Bioulès, l’un des membres fondateurs du groupe Supports/Surfaces et adepte des aplats de couleur. Né en France en 1969, le groupe Supports/Surfaces privilégie la réalisation d’œuvres non pas conçues de manière traditionnelle en choisissant un thème et en peignant sur une toile, mais en privilégiant les supports, les matériaux (châssis, toile). De nombreux outils sont utilisés (tampons, pochoirs, éponges, pistolets, ciseaux, bâtons) et les matériaux employés priment sur la représentation.

Le Musée Réattu

L’Arles contemporaine

Dressé sur une rive du Rhône, au cœur d’un monument remarquable, le Musée Réattu expose, outre de grands artistes locaux du XXe siècle, de grandes figures de l’art contemporain et des artistes émergents. Encore une fois, le groupe Supports/Surfaces est représenté, avec des œuvres du sculpteur Toni Grand et des créations de Pierre Buraglio. Au Musée Réattu, on peut aussi se familiariser avec les créations de Pierre Alechinsky, rattaché au mouvement Cobra, aventure artistique internationale et collective constituée en réaction aux querelles entre abstraction et figuration. Enfin, on termine avec un retour dans les années 70 avec la « Compression de vélomoteur » de César.

Le MAC

Supports/Surfaces, Basquiat et Rauschenberg

Entièrement rénové (réouverture courant 2021), le Musée d’Art Contemporain de Marseille accueille des œuvres des Nouveaux réalistes (années 60), mais également des œuvres contemporaines plus récentes. On y retrouve des créations du groupe Supports/Surfaces : celles de Vincent Bioulès (exposé au Musée Estrine) mais aussi de Toni Grand. Autre artiste phare du MAC : Jean-Michel Basquiat, pionnier de l’avant-garde américaine, avec sa toile « King of the Zulus ». Ou encore Chris Burden, adepte des performances. Enfin, on admire l’œuvre du plasticien américain Robert Rauschenberg, dont AAPCO, un assemblage en trois dimensions de bois, carton et ficelle. 

 

Le Nouveau Musée national de Monaco

Place à la nouvelle génération

Au Nouveau Musée national de Monaco (NMNM), haut-lieu de l’art dans la principauté, une partie des collections est dédiée à l’art contemporain. Elle abrite des œuvres dédiées au paysage et au territoire, aux arts de la scène et aux performances, et, enfin, aux arts et aux sciences. Outre des œuvres d’artistes contemporains visibles aux abords de la Villa Paloma et de la Villa Sauber (« Cloche-poche » de Jean Dubuffet, « Collection de chaussures », de Michel Blazy, « Modified Social Benches » de Jeppe Hein…), le NMNM accueille les œuvres d’une nouvelle génération d’artistes contemporains. Parmi eux, le dessinateur Nick Mauss, Camille Henrot, dont le travail s’articule autour de la vidéo et du graphisme, ou Francesco Vezzoli, qui explore les univers de la pub et du cinéma.