Musee De La Photographie Mougins CommunicationvilledemouginsMusee De La Photographie Mougins Communicationvilledemougins
©Musee De La Photographie Mougins Communicationvilledemougins

Les courants émergents

centres d’art, FRAC et lieux alternatifs

Indissociable des évolutions sociétales de ces dernières décennies, l’art contemporain s’est emparé des problématiques actuelles tout en diversifiant ses modes d’expression. Les Centres d’art, le FRAC et les lieux alternatifs rendent hommage à ces courants émergents.

Les courants émergents

Une société en pleine mutation

À partir des années 1960, la création artistique évolue rapidement sous l’influence grandissante des médias et de la société de consommation. La télévision se démocratise dans les foyers occidentaux, l’imaginaire du cinéma hollywoodien modèle peu à peu les esprits et envahit les salles du monde entier. De nouvelles revendications sociétales apparaissent, relayées par les artistes qui eux-mêmes participent à des mouvements protestataires. Ils soutiennent entre autres les revendications des minorités et des femmes, et militent pour une société plus égalitaire. Dans les années 2000, internet et la numérisation massive de la vie quotidienne influencent l’art à leur tour. La photographie franchit le pas du numérique, la création devient protéiforme et emprunte ses codes bien au-delà du champ traditionnel de l’histoire de l’art. Les grands sujets et les grands maîtres du passé appartiennent aux musées et n’inspirent plus véritablement les artistes, davantage préoccupés par les questions liées à l’écologie, à la technologie, aux problèmes urbains, à l’histoire de la décolonisation ou, plus récemment, à la question du genre.

Les Centres d’art

Lieux d’expérimentation

En France, les premiers centres d’art ont émergé dans les années 1970. Lieux de production et de diffusion de l’art contemporain, ils entretiennent des rapports privilégiés avec la création artistique et son actualité. Lieux d’expérimentation, les centres d’art n’ont pas pour vocation première de constituer des collections, même si certains d’entre eux sont à la tête de fonds d’œuvres permanents. D’autres sont spécialisés dans la photographie, le design, ou la mode… Depuis 2018, le label « Centre d’art contemporain d’intérêt national », attribué à certains centres d’art, témoigne du soutien de l’État pour leur engagement dans le champ des arts visuels. Il reconnaît l’excellence du travail de ces structures, distingue leur soutien affirmé à la scène artistique française et internationale, la qualité de leur accompagnement des artistes et la mise en œuvre d’actions novatrices de transmission au bénéfice d’un large public. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, la Collection Lambert, l’Espace de l’Art Concret, la Villa Noailles, la Villa Arson et le 3BisF bénéficient de cette reconnaissance.

Les lieux alternatifs

La Friche la Belle de Mai à Marseille et La Station à Nice

Inaugurée en 1992 dans le quartier de la Belle de Mai à Marseille, La Friche se définit comme une « expérimentation politique, un lieu de pensée et d’action renouvelant le rapport de l’art au territoire et à la société ». Ce tiers-lieu regroupe des espaces de travail, des ateliers, des résidences pour les artistes, des lieux de diffusion et d’exposition, des salles de spectacles et de concert, un toit terrasse, des jardins partagés, et même une aire de jeux avec un skatepark et une crèche… La Friche a pour vocation de promouvoir toutes les formes de culture et la culture pour tous. Basée sur le même modèle, La Station, à Nice, « défend les arts dans leur forme la plus contemporaine ». Installée depuis 2009 dans la halle d’anciens entrepôts frigorifiques, La Station comprend des espaces d’exposition ouverts au public et des ateliers et aide les artistes en devenir à être visibles auprès des galeries, des centres d’art et des musées.

Fermer