mont-ventoux-AMouton

Le Mont Ventoux : de Vaison-la-Romaine à Carpentras

Visible à cent kilomètres à la ronde, le Mont Ventoux émerge des champs de lavandes comme un Fuji-Yama provençal.

Les cyclistes se lancent à l’assaut de ses pentes à 15 %, qui en font une étape vedette du Tour de France. Les gourmets aiment arpenter à son pied les bergeries en pierres sèches du plateau d’Albion, où s’affine le célèbre fromage de Banon. Vignes de muscat, cerisiers et lavandins prospèrent dans les paysages en mosaïques de la plaine agricole. Jean Giono appelait ce territoire “le pays du ciel”. Il est en tout cas classé pays d’art et d’histoire, car il abrite Vaison-la-Romaine, petite Pompéi avec thermes, villas et forum. Il s’enorgueillit aussi de la synagogue la plus ancienne de France toujours en activité, celle de Carpentras. Indépendant pendant 600 ans du royaume de France, le Comtat Venaissin possède d’autres particularités à découvrir sur place.

Mont Ventoux

Vaison-la-Romaine

La petite Pompéi

Perché sur le rocher, le château féodal surplombant la cité médiévale est le premier monument que l’on aperçoit. En-dessous, de l’autre côté de l’Ouvèze, se déploie le plus grand site gallo-romain ouvert au public, avec ses immenses maisons patriciennes (de 2 000 à 4 000 m2) ses rues pavées, ses thermes, son théâtre antique. La peuplade celto-ligure des Voconces y établit sa capitale. Visiter Vaison, c’est entrer dans l’intimité de ces Gaulois vivant dans une des plus prospères cités de la “Provincia” romaine. Le musée archéologique passionne autant pour ses témoignages du quotidien, accessoires de cuisine ou de salles de bains, que pour ses fresques et statues d’empereurs. Reliant la cité médiévale et la ville antique, le pont romain qui enjambe depuis 2 000 ans la rivière Ouvèze est toujours utilisé.

Mont Ventoux

Le géant de Provence

Le “Mont Chauve” s’élève à 1 911 m et mesure environ 25 kilomètres de long sur 14 de large. Son sommet aux pentes dénudées et caillouteuses couronné d’un observatoire est reconnaissable à plus de 100 kilomètres à la ronde. Vues de près, ses crêtes taillées et érodées présentent un relief dentelé qui en fait le paradis des randonneurs et un site d’escalade réputé. Classé réserve de biosphère, il est soumis à tous les climats européens : au-dessus de 1 000 m, la saison froide dure 8 à 10 mois. En été, les températures oscillent entre 10 et 18°, une différence de 10° avec la plaine comtadine. Ces différences expliquent aussi la diversité de sa faune : plus de 100 espèces d’oiseaux, sangliers, cerfs, chevreuils, mouflons, chamois, rapaces, papillons et la vipère d’Orsini. Sur le plan de la flore, le “Mont Chauve” ne l’est pas tant que ça : il abrite 950 espèces végétales, dont une vaste cédraie avec des arbres de plus de 120 ans. Sur son versant nord, la végétation est serrée tandis que son versant sud descend nonchalamment vers la plaine de Carpentras. A son pied, on peut arpenter paisiblement à pied, en calèche, en vélo électrique voire en solex hybride le piémont où les rangées de grenache laissent parfois place aux vignes palissées en lyre produisant le délicieux muscat de table AOC du Ventoux.

Séguret

Entouré de vignobles et dominé par les ruines de son château féodal, digne d’un décor de crèche avec ses rues caladées et ses places décorées de fontaines, Séguret fait partie des “plus beaux villages de France”. La rue principale mène à la fontaine des mascarons, classée monument Historique et à une curieuse horloge à aiguille unique de 1680.

Rasteau

La vie du village s’organise sur la place de l’Apparent, ombragée de platanes. Des remparts encerclent le village et l’église, point  culminant d’où l’on peut admirer un panorama d’exception. Un nouveau sentier de quatre kilomètres ponctué de douze panneaux explicatifs, permet de découvrir le vignoble rastellain.

Carpentras

L’élégante

De 1320 à 1791, la ville en forme de cœur fut la capitale du Comtat Venaissin, état pontifical hors du Royaume de France. Les ordres religieux lui ont donc légué un riche patrimoine, et les hôtels particuliers de la rue Moricelly témoignent de la vie opulente des commerçants de l’époque. La Cathédrale Saint-Siffrein offre elle un rare exemple d’architecture gothique méridionale. L’hôtel-Dieu du XVIIIe siècle accueille désormais la Bibliothèque-Musée, l’Inguimbertine : troisième plus riche bibliothèque de Provence-Alpes-Côte d’Azur en livres anciens dotée également de tableaux – d’où son nom -. La Synagogue de Carpentras est la plus ancienne en activité de France. En 1326, Jean XXII (qui en 1322 les en avait expulsés) permet aux Juifs de résider dans le Comtat Venaissin et à Avignon. Avec les Juifs alsaciens, les Juifs du Comtat forment pendant plusieurs siècles les deux seules communautés juives autorisées à vivre dans ce qui constitue aujourd’hui la France, mais à certaines conditions. Cette exceptionnelle synagogue est toujours un lieu de culte.

Au pays de la truffe

Carpentras est connue pour ses berlingots multicolores, et pour ses truffes d’un beau noir. Les deux tiers de la production française de “rabasse” – la truffe, en provençal – viennent du Vaucluse. Chaque hiver, on part à la découverte de la reine de Provence, la tuber melanosporum, on trouve aussi de la brumale. Le cavage, la recherche de la truffe est aussi exceptionnelle que la dégustation, le plus simplement possible : en omelette, en brouillade, elle affole déjà les papilles. Chaque vendredi matin, de novembre à mars, les trufficulteurs vendent leur récolte dans la cour de l’Hôtel-Dieu et sur le parvis de l’Office de Tourisme.