© Chillio.C

Lourmarin, terre de coeur d’Albert Camus

En 2021, la Région Sud rend hommage à Albert Camus. Ecrivain et philosophe affranchi, engagé, opposé aux idéologies et à toute forme de radicalité, il a profondément marqué la pensée du XXe siècle. C’est à Lourmarin, village du Luberon où Albert Camus a vécu et est enterré, qu’il a trouvé un havre de paix ensoleillé et une partie de son inspiration.

Publié le 11 mars 2021

Lourmarin

Comme un air d’Algérie

Albert Camus est né en 1913 en Algérie. Là-bas, il forge sa pensée et se fait un nom dans les milieux journalistiques et littéraires. Dans les années 40, il s’installe à Paris, où son engagement politique s’intensifie. Il dénonce ainsi l’usage de la bombe atomique, le système colonial mais aussi la caricature du « pied noir exploiteur ». De l’Algérie, il dit : « J’ai aimé avec passion cette terre où je suis né, j’y ai puisé tout ce que je suis et je n’ai séparé dans mon amitié aucun des hommes qui y vivent… ». Deux de ses amis écrivains, Henri Bosco et René Char, lui font découvrir Lourmarin avant la guerre. Albert Camus est immédiatement sous le charme de ce village du Luberon, dont la lumière et les couleurs lui rappellent son Algérie natale.

Découvrir

Albert Camus ou « Monsieur Terrasse »

Un écrivain à Lourmarin

En 1957, Albert Camus obtient le Prix Nobel de Littérature pour l’ensemble de son œuvre. A l’époque, il cherche depuis quelques temps à acheter une maison dans le Sud. Grâce à l’argent de son prix, il s’offre une ancienne magnanerie (lieu d’élevage du ver à soie) située au cœur de Lourmarin. Dans le village, Albert Camus a ses habitudes. Il prend souvent l’apéritif au restaurant Ollier, toujours assis à la même table. Ici, le garçon le surnomme « Monsieur Terrasse », pour préserver son anonymat. On l’aperçoit aussi régulièrement au café de l’Ormeau. Ou, en bon passionné de foot qu’il est, au stade du village. Quand il n’est pas en balade, Albert Camus se consacre à la littérature. C’est à Lourmarin qu’il écrit « Le premier homme », un roman autobiographique qu’il n’achèvera jamais.

Le cimetière de Lourmarin

Dernière demeure d’Albert Camus

Le 4 janvier 1960, sur la route qui relie Lourmarin à Paris, la voiture où a pris place Albert Camus percute un platane à Pont-sur-Yonne, dans l’Yonne. L’écrivain meurt sur le coup, à seulement 46 ans. Ses obsèques sont célébrées quelques jours plus tard à Lourmarin. Les footballeurs du village portent le cercueil de Camus. Sa tombe, discrète et modeste, est aujourd’hui le départ d’une visite guidée : « Sur les traces de Camus ». Au travers des ruelles du village, vous découvrirez l’écrivain via des anecdotes et les témoignages de proches et de villageois. Cette balade, entrecoupée de lectures, s’effectue toute l’année sur demande auprès de l’Office de Tourisme Luberon Coeur de Provence (compter entre 1h et 1h30).

Contact

Nos suggestions