musee-pavillon-vendome-aix-en-provence-CChillio

Les Arènes d’Arles

Construites au premier siècle après Jésus-Christ, les Arènes d’Arles ont contribué de faire de la cité l’une des plus grandes métropoles romaines de la Gaule. Elles ont traversé plus de deux millénaires dans un excellent état de conservation, résistant aux guerres, aux épidémies et à la tentation des hommes de s’en servir comme carrières de pierre, pour nous parvenir dans un excellent état de conservation. Comptant parmi les amphithéâtres antiques les mieux conservés d’Europe, elles se visitent toute l’année et continuent d’accueillir des manifestations culturelles et sportives, perpétuant leur fonction première.

Arles, cité antique

Arles possède un riche patrimoine historique, la commune a même été classée au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. Celle qu’on surnommait la petite Rome des Gaules possède l’un des plus grands ensembles monumentaux antiques français. Parmi ceux-ci, on compte bien évidemment les arènes, aussi connues sous le nom d’amphithéâtre, qui ont fait la réputation de la ville dans le monde entier, mais aussi les thermes de Constantin, le théâtre antique, le cloître Saint Trophime, les Alyscamps (une nécropole datant de l’époque romaine) ou encore les cryptoportiques du forum.

Des arènes incroyablement conservées

L’amphithéâtre d’Arles voit le jour à la suite de l’urbanisation de la ville d’Arles ordonnée par Tibère César Auguste pendant une longue période de prospérité. Les ingénieurs chargés de la construction s’inspirent du Colisée de Rome qui vient juste d’être terminé pour imaginer les arènes. Elles resteront plus grandes que celles de Nîmes, qui seront édifiées peu après, et mieux conservées. Le monument colossal, mesurant 136 mètres de long sur 107 mètres de large et 21 mètres de haut, est érigé sur le flanc nord de l’Hauture, la colline d’Arles. Il sera inauguré en 80 après Jésus-Christ.

Cet amphithéâtre romain en forme elliptique compte 60 arcades en plein cintre. Celles du rez-de-chaussée sont de style dorique, c’est-à-dire dépouillé, tandis que celles du premier étage sont de style corinthien et arborent des chapiteaux décorés de feuilles d’acanthe. Sous le plancher en bois couvert de sable qui formait la piste, un incroyable système de trappes et de monte-charges était aménagé afin de changer les décors de l’arène et de créer des effets scéniques.

Les gradins de l’amphithéâtre pouvaient accueillir jusqu’à 20 000 personnes qui étaient installées sur les 33 rangées en fonction de leur appartenance sociale. Grâce à un réseau de portes, de galeries et d’escalier, le flux de spectateurs restait organisé. La population, comprenant patriciens et plébéiens, venait assister à de nombreux combats, chasses et spectacles afin de se distraire. Ceux-ci étaient parfois ordonnés afin de célébrer une victoire ou la naissance d’un héritier jusqu’en 550 après Jésus-Christ.

Au Moyen Âge, le monument sert d’habitation et de refuge au peuple pendant les périodes troublées. L’amphithéâtre antique est transformé en véritable ville close et fortifiée avec 212 maisons, des rues, des places et même des églises. Les murs de l’amphithéâtre sont utilisés comme des remparts défensifs lors des sièges menés par les barbares. La défense de cette ville est renforcée par la construction de quatre tours surmontant les entrées de l’arène. L’expropriation des habitants débutera au XVIIIème siècle. Cependant, il faudra attendre le XIXème siècle pour que les arènes soient entièrement dégagées.

En 1830, afin de célébrer la prise d’Alger, un spectacle taurin est donné. L’amphithéâtre prend alors son appellation actuelle d’Arènes. En 1840, les dernières maisons accolées au monument sont détruites. La même année, grâce à Prosper Mérimée, les arènes sont classées aux Monuments historiques, puis en 1841, inscrites au Patrimoine Mondial de l’UNESCO.

Deux millénaires plus tard, l’amphithéâtre romain est toujours debout, même si l’attique qui couronnait les deux étages a disparu. Au sud-ouest, l’escalier donnant sur la ville témoigne de l’ancienne entrée principale de l’amphithéâtre. Le monument a récemment fait l’objet d’importants travaux de restauration. Achevés en 2013, ceux-ci ont duré 10 ans et coûté 25 millions d’euros. C’est le plus grand monument romain de France.

L’âme d’Arles au cœur des vieilles pierres

L’amphithéâtre d’Arles était, à l’Antiquité, un vrai temple du jeu. Assis dans les gradins, on entend presque la clameur de foule qui encourageait jadis les gladiateurs, au son des glaives et des épées qui s’entrechoquent. Le lieu est imprégné d’une ambiance particulière. Les vieilles pierres nous invitent au voyage et, au détour d’un couloir sombre et austère, on débouche sur des gradins baignés de lumière. En montant au sommet de l’arène, on domine Arles, et les toits de la ville s’étendent à nos pieds et, au loin, les mas et les champs de la Camargue.

Le monument est empreint d’une sorte de sérénité, comme si le visiteur était coupé du monde extérieur durant sa visite.

Un lieu de spectacle et de représentations

Aujourd’hui, les gradins des arènes d’Arles ont retrouvé leur fonction originelle. Le monument est utilisé pour les représentations taurines. Lors des ferias, les corridas et les courses camarguaises mettent à l’honneur la culture régionale. La cocarde d’or, qui se déroule chaque année à Arles, est une course importante comptant pour le championnat des raseteurs : le Trophée des As.

En période estivale, les spectateurs peuvent vivre un voyage dans le temps à l’époque des Romains grâce aux reconstitutions de combats de gladiateurs qui sont organisées par des équipes de professionnels du spectacle.

Des concerts et des spectacles sont également donnés dans l’ancien amphithéâtre d’Arles.

Préparer votre visite

Les arènes d’Arles se visitent toute l’année. Les horaires peuvent varier en fonction des saisons et sont disponibles sur le site internet officiel du monument. Un calendrier des événements qui ont lieu tout au long de l’année dans l’amphithéâtre s’y trouve également.

Horaires et jours d’ouverture :

  • Mars, avril et octobre : de 9h00 à 18h00
  • De mai à septembre : de 9h00 à 19h00
  • De novembre à février : de 10h00 à 17h00

Les arènes sont fermées les 1er janvier, 1er novembre et 25 décembre

Site Internet : https://www.arenes-arles.com/