musee-pavillon-vendome-aix-en-provence-CChillio

La Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer

La villa Kérylos, surplombant la baie des fourmis à Beaulieu-sur-Mer, est un hommage à l’architecture grecque. Construite au XXème siècle, c’est une véritable reconstitution d’une maison grecque de Délos édifiée entre le IIème et le Ier siècle avant Jésus-Christ. C’est la réalisation d’un rêve pour Théodore Reinach, un archéologue spécialiste de l’époque hellénistique. Il utilisera la villa comme lieu de villégiature lors de ces vacances en famille jusqu’à son décès en 1928. Le bâtiment est légué à l’Institut de France dont Reinach est membre et classé Monument historique en 1966.

Kérylos signifie « hirondelle de mer », dans la mythologie grecque, cet oiseau poétique annonçait un présage heureux.

Une (re)découverte de la culture grecque antique

La conception et la construction de la villa se déroulèrent entre 1902 et 1908. Plus qu’une reproduction d’une villa de l’époque hellénistique, c’est une véritable réinvention de la Grèce antique, une invitation au voyage.

Ce monument est le résultat d’une collaboration entre Théodore Reinnach, archéologue, et Emmanuel Pontremoli, architecte ayant obtenu le grand prix de Rome en 1890. Plus que réaliser un plagiat, l’idée était de créer une œuvre originale alliant le luxe antique et le confort moderne, typique des maisons de la Belle Époque. La villa Kérylos, c’est plus qu’une architecture rappelant la Grèce antique, c’est un véritable univers dont les meubles, la vaisselle, les tissus et les décors font entièrement partie. C’est un véritable hommage à une civilisation au visage essentiellement humain.

Les matériaux utilisés pour la construction de la villa Kérylos ont été choisis avec soin : stucs à l’antique, marbres de Carrare et bois exotiques pour les meubles. Dans les différentes pièces, les mosaïques et les fresques mettent en scène des dieux et des héros classiques et racontent des moments importants de l’imaginaire grec. Le moindre détail de la décoration de la villa a été pensé pour recréer l’atmosphère d’une luxueuse villa antique.

Présentation de l’intérieur de la villa

La villa s’organise, comme à l’époque, autour d’une cour intérieure bordée de 12 colonnes en marbre de Carrare. Dans le vestibule qui donne sur le péristyle, on découvre des fresques représentant la paix et la guerre. Sur le sol, la mosaïque représente un coq, une poule et leurs poussins, symbole de la famille. On peut également admirer au fond de cette entrée une statue de Solon, un homme d’État ayant vécu au VIème siècle avant Jésus-Christ, connu comme ayant instauré la démocratie à Athènes.

À gauche du vestibule, la pièce des thermes est dédiée aux naïades, ces divinités des rivières et des sources. À droite s’ouvre la cour centrale, entourée de ces colonnades. Les murs racontent les épopées de différents protagonistes :

  • La dispute de la lyre entre Apollon, le dieu du soleil et protecteur des arts, et Hermès, le messager des dieux et protecteur des voyageurs,
  • La mort de Talos, un géant de bronze,
  • Le retour d’Apollon au sanctuaire des Delphes, un lieu dédié à son culte,
  • Le retour d’Héphaïstos, le dieu du feu, de la forge et des volcans, dans l’Olympe,
  • Pélops, qui donna son nom au Péloponnèse, et Hippodamie, dont il remporta la main lors d’une course de chars,
  • Et pour finir, les préparatifs du sacrifice du taureau lors d’un concours poétique des fêtes de Dionysos à Athènes.

Ces scènes sont parfois la reproduction d’iconographies présentes sur des vases de l’époque hellénistique.

Dans la bibliothèque, située au nord-est de la cour, des armoires en chêne renferment une collection de livres d’art et d’archéologie, ainsi que différents objets. Les lampes en bronze, posées sur les tables, sont des copies de celles exposées au musée archéologique de Naples. Théodore Reinach lisait et travaillait debout, comme à l’époque antique. Les pupitres qu’ils utilisaient sont toujours présents dans la bibliothèque de la villa Kérylos.

Dans l’amphityros qui permet d’accéder à l’étage, on découvre un moulage d’une statue représentant Athéna, la déesse de la sagesse, de la stratégie militaire, des artisans, des artistes et des maîtres d’école. Dans le Triklinos, des lits en cuir sont installés à hauteur des tables et permettaient de prendre des repas en position allongée. La salle à manger est ornée d’une frise mettant en scène les silènes et de quatre statues représentant Apollon, Narcisse et deux faunes.

L’Andron était le salon des hommes. On peut y admirer une mosaïque représentant Thésée terrassant le Minotaure et l’autel en marbre qui servait autrefois à déposer des offrandes. L’Oïkos est la dernière pièce du rez-de-chaussée. Ce salon fait honneur au théâtre grec avec ses illustrations d’instruments de musique et de masque.

À l’étage, il y a tout d’abord la chambre où dormait la femme de Théodore Reinach. Les motifs de paon et de cygnes (les attributs d’Héra, épouse de Zeus et déesse du mariage et de la féminité) ont donné son nom à la pièce : Ornithès, c’est-à-dire, les oiseaux. La salle de bain attenante s’appelle l’Ampelos, la vigne, en référence à ces fresques murales représentant des vendanges et Éros, le dieu de l’amour et du désir, montant des animaux mythiques.

Dans cette succession de pièces, il y a également un salon de repos dont les mosaïques racontent l’histoire de Triptolème, un héros de la Grèce antique chargé de parcourir le monde afin d’y semer le blé. Viennent ensuite la salle de bain, puis la chambre de Théodore Reinach. Le lit qui se trouve dans cette dernière a été réalisé d’après un modèle ayant été retrouvé à Pompéi.

Depuis le jardin, la vue est magnifique. Elle s’étend jusqu’à la presqu’île de Saint-Jean–Cap-Ferrat et offre une vue privilégiée sur les belles demeures qui l’entoure. La végétation qui a été plantée a également fait l’objet d’une réflexion afin de s’allier parfaitement à la villa Kérylos. Oliviers, vignes, grenadiers et lauriers roses s’épanouissent sous le soleil de la Côte d’Azur et parachèvent le décor de cette demeure grecque.

Préparer votre visite

La villa Kérylos se visite toute l’année. Toutefois, les horaires varient en fonction des saisons :

  • De janvier à avril : de 10h00 à 17h00
  • De mai à août : de 10h00 à 19h00
  • De septembre à décembre : de 10h00 à 17h00
  • Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 1er et 11 novembre, 25 décembre

Un document de visite est disponible à l’accueil en français, anglais, italien et chinois. Des audioguides sont également à la location. 

Site Internet : http://www.villakerylos.fr/