Col de Vars

Le col de Vars atteint 2108 mètres d’altitude. Il se situe dans les Alpes du Sud, à la limite entre le département des Hautes Alpes et celui des Alpes de Haute Provence en région Provence Alpes Côte d’Azur. Il relie la vallée de l’Ubaye avec le Queyras et l’Embrunais, entre le massif du Parpaillon et d’Escreins.

Le col est ouvert à la circulation toute l’année, hormis lors d’importantes chutes de neige en hiver. Il est accessible tant par le versant nord que sud, qui présentent tout deux des profils différents. En partant du côté nord vous pourrez admirer des paysages d’alpages verdoyants et au sud un panorama plus rocailleux.

En hiver, la station de ski de Vars, qui côtoie la haute montagne, est très appréciée. En été, le col de Vars offre une multitude d’activités : randonnée, cyclisme…

Le col de Vars à vélo

Le col de Vars est un lieu mythique du cyclisme. Il a été l’une des étapes du Tour de France à 35 reprises depuis 1922. Le Belge Philippe Thys, le Français René Vietto, l’Italien Imerio Massignan ou encore l’Espagnol Eduardo Chozas font partie des coureurs qui ont franchi le col vainqueur.

La montée du col par Guillestre, représente plus de 19 kilomètres. Le parcours nécessite de franchir 1 111 mètres de dénivelé avec une pente moyenne à 5,73 %, avec un maximum de 8,7 %, pour atteindre le col de Vars, à 2108 mètres d’altitude.

Si vous décidez de vous y rendre au départ des Gleizolles, comptez plus de 14 kilomètres, un dénivelé de 798 mètres à 5,66 % de pente moyenne, pour un maximum de 10,6 %.

Le col de Vars impose des passages difficiles pour les cyclistes et une pente plus douce après la station ainsi que la traversée des villages. En chemin, ils pourront profiter des points de vue sur les vallons et les monts alentour.

Situé au carrefour des plus célèbres cols des Alpes : Bonette, Cayolle, Allos, Izoard, Agnel et Galibier, le col de Vars est un passage incontournable qui attire chaque année de nombreux visiteurs. De nombreux itinéraires passent par le col de Vars. Vous pouvez réaliser, par exemple, une boucle d’Embrun à Barcelonnette par le col de Vars. Depuis le village des Claux, vous pouvez rejoindre le col à pied. Une fois au sommet, d’autres sentiers de randonnée vous conduiront à la Tête de Paneyron, à la pointe de l’Eyssina, au lac de Lalatcha ou encore au col de Serenne.

Histoire

La route qui mène au col de Vars a été construite par l’armée, sous l’autorité du général Berge en 1893. Pour des raisons stratégiques, en vue de protéger la route, le tunnel du Parpaillon a été construit plus à l’ouest.

Le col de Vars se situe sur le tracé de la magnifique Route des Grandes Alpes, le plus bel itinéraire montagnard. Les cyclistes, motards et automobilistes circulent à travers ce territoire unique et naturel. La Route des Grandes Alpes débute au col de Galibier. Elle suit Serre Chevalier pour rejoindre Briançon, passe par le col d’Izoard vers le Queyras, elle rejoint enfin Guillestre et quitte le département par le col de Vars.

Il appartient administrativement à la commune de Saint Paul sur Ubaye. Affluent du Guil, le torrent du Chagne prend sa source en dessous du col. Ce dernier est classé au patrimoine des Hautes Alpes depuis 1946. En redescendant du col, du côté du département des Hautes Alpes, vous pourrez découvrir le refuge Napoléon, et de l’autre côté, vers l’Ubaye, la chapelle Sainte Marie Madeleine.

Le refuge Napoléon servait autrefois à accueillir les voyageurs surpris par la tempête. Napoléon III utilisa les fonds légués par Napoléon Ier pour construire 8 refuges sur les principaux cols du département. Finalement, seulement 6 seront bâtis. Aujourd’hui, il ne subsiste que 4 d’entre eux situés sur les cols de Vars, du Noyer, de Manse et d’Izoard. Le refuge Napoléon du col de Vars accueille toujours les visiteurs pour la nuit et le repas.

Qualités touristiques

Au cours de l’événement « Cols réservés », organisé en été, le col de Vars est interdit à la circulation des voitures durant une matinée et donc réservé aux cyclistes. Au sommet, des ravitaillements sont offerts par l’Office de Tourisme du Queyras. L’ambiance y est conviviale et l’ascension libre et non chronométrée. Les journées « Cols réservés » sont mises en place depuis 1997 par le Comité Départemental du Tourisme des Hautes Alpes et sont devenues au fil des années un rendez-vous incontournable pour les passionnés.

Le col a également acquis sa réputation grâce au cinéma. En effet, la scène finale du film Les Fugitifs, avec Gérard Depardieu et Pierre Richard, y a été tournée.