Les plantes aromatiques

en Provence-Alpes-Côte d'Azur

Dès l’antiquité, les provençaux accordèrent aux plantes une place de choix ; utilisées comme monnaie pour le troc, comme médicament pour la pharmacopée ou encore comme ingrédient pour la cuisine.

L’histoire des plantes a toujours été étroitement liée à celle de la Provence où des milliers d’hectares baignent dans un soleil quasi-permanent, sur une terre extrêmement fertile. Aujourd’hui, la Provence se grime de centaines d’espèces différentes, certaines plus célèbres que d’autres, certaines domestiquées, d’autres sauvages. Les plantes aromatiques sont devenues au fil des années les ingrédients incontournables de la cuisine provençale.

L’ail : petite plante bulbeuse dont le parfum 7 est concentré dans les gousses et qui a donné son nom au très célèbre aïoli.

L’oignon : la traditionnelle soupe à l’oignon « gros et violet » de Provence aux vertus digestives appréciée après une fête.

L’estragon : s’utilise surtout comme ingrédient dans les conserves de légumes, les moutardes ou dans la fabrication du vinaigre.

La sauge scarlée : cultivée traditionnellement pour la production d’huiles essentielles dans les zones sèches des Hautes-Alpes, Alpes-de-Haute-Provence ou du Vaucluse.

Le persil : plante potagère de très grande qualité en particulier lorsqu’elle est consommée crue,

Le fenouil : on le déguste cru avec l’anchoïade. Il aromatise de sa forte odeur anisée le poisson comme le loup grille.

Le romarin : il tient son nom de la rosée marine rappelant la proximité de la mer où il abonde. Son parfum est proche de celui de l’encens, sa fleur est très recherchée par les abeilles qui fournissent un miel de grande qualité.

Le laurier-sauce : cet arbuste condimentaire peut atteindre les 10 mètres de haut, ses feuilles sont utilisées dans les marinades, la ratatouille et les farces.

Le thym : on le trouve partout dans la garrigue. Sa floraison s’effectue au mois de mai. Comme la sarriette ou l’hysope, c’est un puissant antiseptique.

La marjolaine : appelée aussi origan, on la ramasse très souvent aux abords de nos routes avant de la déguster sur la célèbre pizza marseillaise.

La sarriette : proche du thym, elle porte aussi le nom de Pèbre d’aï en Provence. Plus fine que le romarin, elle convient à toutes les salades, daubes, ragoûts, marinades et aromatise même le vinaigre et le vin.

Cette liste n’est certainement pas exhaustive tant les plantes de Provence-Alpes-Côte d’Azur sont nombreuses et diverses. La garrigue, paysage emblématique de la Provence, vient du celte « Garric » (arbre du rocher), c’est l’endroit où l’on respire le plus fortement les odeurs aromatiques du midi.

Appelées et connues sous l’appellation « herbes de Provence« , ces plantes aromatiques présentées en bouquet ou en poudre ont participé à la notoriété de la région. Plus loin, dans la campagne, le basilic appelé pistou par les « gens du midi », a acquis ses lettres de noblesse grâce à la célèbre soupe au pistou que l’on prépare avec des produits du terroir à l’extrême fraicheur et que l’on consomme durant la période estivale.

Dans l’étage montagnard, l’hysope (qui entre dans la fabrication de liqueurs) et les lavanderaies prennent souvent une extension remarquable pendant que la grande carline que l’on pendait autrefois aux bergeries afin de conjurer le mauvais sort ouvre et ferme selon le temps son étonnant capitule jaune d’or dépourvu de tiges.

La région Provence-Alpes-Côte d’Azur est marquée par la grande diversité de plantes aromatiques et par la présence d’un nombre important d’espèces rares, signes d’un environnement de grande qualité. Ainsi, la région offre un magnifique panel de couleurs et senteurs caractéristiques d’un bien-être si convoité !

Nos suggestions
Decouvrir
Découvrir
quefaire-paca-istock-8.jpg
Que faire ?
Sejourner Paca Istock 1
Séjourner