Foire Aux Santons De Marseille
©Foire Aux Santons De Marseille |LupariniC

Les santons de Provence

Dans le Sud, à la période de Noël, nos intérieurs accueillent une famille miniature : la crèche ! Trésors du patrimoine local, les santons de Provence sont confectionnés par des maîtres santonniers qui depuis leur atelier donnent vie à l’argile. Tenez-vous prêt, on vous raconte leur histoire.

Mais d’où viennent les santons ?

Et si les santons venez d’Italie ? La légende débute au début du XIIIe siècle, alors que François d’Assise était en voyage à Naples à la période de Noël. A l’occasion de la naissance de Jésus, les fidèles, devant le parvis de l’église, interprétaient la scène de la nativité : aujourd’hui, cette représentation existe toujours et est appelée la crèche vivante. Après un tel spectacle, François d’Assise eu l’idée de fabriquer les trois figurines de la nativité avec de la farine, de l’eau et du sel. Les trois Santi Belli étaient nés. Aujourd’hui, il n’est pas rare d’entendre nos anciens dire « regardez-le ce santi belli ! » ce qui définit en dialecte marseillais, une personne plantée là, comme un santon. Mais rendons à César, ce qui appartient à César : les provençaux ont grandement participé à l’extension des crèches. Vers la fin XVIIe siècle, la fabrication des santons se démarque de celle des napolitains pour un artisanat typiquement provençal provenant des moines franciscains. A l’origine du véritable santon de Provence se cache Jean-Louis Lagnel : c’est le premier à avoir conçu les petites figurines en argile non cuite et ça depuis son atelier à Marseille.

Les santons dans tous leurs états !

Véritable symbole en Provence, le santon c’est avant tout une fabrication artisanale et un savoir-faire unique. Ces petites figurines fascinent les grands comme les petits, et pour cause, elles retracent des scènes de vie qui rappellent des souvenirs de Noël (mais pas que !). Certaines crèches abritent des dizaines de personnages disséminés dans le décor d’un village provençal mais rien n’est figé. Prenons l’exemple du Docteur Raoult qui s’est vu « santonnifié » pour rejoindre nos provençaux préférés parce que oui, au gré de l’actualité, des personnages publics s’immiscent parmi les figurines traditionnelles. Retrouvez aussi les héros de Marcel Pagnol à disposer dans les crèches provençales : Fanny, Marius ou bien César font partie du paysage local. Et vous, quels sont vos santons préférés ? Le berger, le boulanger, le tambourinaire ou le maire ? Une chose est sûre, dans votre collection de santons, les essentielles ne sont autres que la sainte famille composée de Jésus, Marie, Joseph, et accompagnée de l’âne et du bœuf !

Et la crèche dans tout ça ? Pour une crèche dans les règles de l’art, il faut prévoir une balade en forêt pour ramasser de la mousse pour le sol et quelques branches d’oliviers. Ensuite, c’est au rayon déco que ça se passe : il vous faudra des guirlandes lumineuses, quelques bougies. Une fois installé, tout ce petit monde prend vie sous les yeux éblouis des enfants comme des parents. Vivement Noël !

Les maîtres santonniers, d’hier et d’aujourd’hui

Avec le temps, les personnages que l’on retrouvait jadis dans la crèche ont évolué : il en existe des petits, des plus grands, certains habillés d’autres peints. Comme le dit le dicton, « il faut vivre avec son temps ! », alors les maîtres santonniers ont suivi le mouvement et ont su se renouveler. Parce qu’être santonnier, c’est un art, une passion, c’est transmettre une émotion mais surtout un savoir-faire que l’on retrouve dans l’artisanat de ces petites figurines d’argile qui ont tant à raconter. Elles sont traditionnellement utilisées pour illustrer la scène de la nativité à Noël mais pas seulement. Les santons, c’est la transmission d’un art de vivre typiquement provençal que l’on retrouve dans des personnages incontournables de Provence : li pescadou et ses filets, li pastre, le berger du village, lou ravi, le simple d’esprit qui porte bonheur et bien d’autres qui font partie intégrante du paysage local. Métiers d’antan ou personnages de crèche, ces célèbres figurines nous font voyager dans le temps.

Mais comment sont-ils vraiment fabriqués ? La fabrication des santons de Provence se déroule en 6 étapes : le modelage, la création du moule, le moulage, l’ébarbage, la cuisson et la décoration. Et pour satisfaire les amateurs de grandes crèches et les partisans des mini santons, il en existe trois tailles : le santon puce qui mesure de 1 à 3 centimètres de haut, le santon traditionnel d’environ 10 centimètres et le grand santon pouvant atteindre 20 centimètres. Le grand format est le plus souvent habillé car le santonnier à la matière pour se perdre dans les détails. A vous de choisir votre préféré !

Mais où les trouver ?

La fin de l’automne annonce le début des foires aux santons et autres manifestations autour de l’artisanat de Noël. Comment ne pas citer la foire de Marseille qui depuis plus de 200 ans s’installe sur le Vieux-Port dans des petits chalets. Aujourd’hui, nombreux sont ces événements de partage où savoir-faire et artisanat sont mis à l’honneur. En Provence, dans les Alpes ou sur la Côte d’Azur, voici quelques villes où retrouver des foires aux santons : Fontvieille, Aix-en-Provence, Arles, Caderousse, Carpentras, Forcalquier, Antibes, Carqueiranne, Théoule-sur-Mer, Ollioules et bien d’autres. Mais entre nous, c’est dans les Bouches-du-Rhône que vous en prendrez plein la vue. A tous les amateurs des petites figurines d’argile, rendez-vous à Aubagne, au village des santons de Provence. Ouvert toute l’année, on y trouve 19 villages dans un décor continu qui met en scène plus de 3000 santons : partez pour un voyage à la découverte des paysages et traditions de Provence. En version miniature, découvrez des parties de cartes et de pétanques, des scènes de village, les chèvres dans les collines … Un conseil, direction Allauch pour ne pas manquer la crèche de Gilbert Orsini qui donne vie à un immense village de Provence d’Antan chaque année !

Fermer