musee-pavillon-vendome-aix-en-provence-CChillio

L’Abbaye de Sénanque à Gordes

Depuis 900 ans, les moines se succèdent dans l’abbaye Notre-Dame de Sénanque. Logé au cœur de la Provence, à proximité du village de Gordes, ce monastère cistercien a connu un âge d’or, mais aussi un terrible déclin suivit d’un renouveau. Aujourd’hui, l’abbaye est toujours occupée par des moines qui partagent leur temps entre la prière et le travail afin de vivre en autonomie. En période estivale, lorsque le lavandin est en fleur, l’abbaye de Sénanque, avec ses pierres de calcaire et ses toits couverts de lauzes, offre un spectacle digne d’une carte postale.

Les abbayes du Thoronet, de Silvacane et de Sénanque sont surnommées les trois sœurs cisterciennes de Provence. Elles furent toutes trois construites selon les règles prescrites par Saint-Benoît. L’architecture est austère et dépouillée afin de ne pas distraire les moines, les monastères doivent contenir tout ce qui est nécessaire à la vie des religieux pour éviter qu’ils n’aient à en sortir inutilement.

Un joyau d’architecture romane

L’abbaye de Sénanque est fondée en 1148 par des moines cisterciens venus d’Ardèche sous l’initiative de l’évêque de Cavaillon. Ils s’installent dans une étroite vallée mesurant un kilomètre de long sur 300 mètres de large qui leur sera donnée par Guiran de Simiane en 1150. L’endroit possède tout ce qui est nécessaire à la vie des moines : des pierres et du bois pour la construction, des terres cultivables, des pâturages et un cours d’eau, la Sénancole qui a donné son nom à la vallée. Ce n’est qu’en 1220 que la construction de l’abbaye est achevée. L’abbatiale est édifiée en calcaire dans un style roman particulièrement sobre, elle est dépourvue de représentation et les vitraux sont simples, laissant passer une lumière pure. Les arcades de la galerie du cloître sont ponctuées de colonnes coiffées de chapiteaux à feuilles d’eau.

Grâce aux donations de la famille des Agoult Simiane de Gordes et des seigneurs de Venasque, l’abbaye accroit son domaine, son pouvoir et son influence du XIIIème au XIVème siècle. Elle compte alors une quarantaine de moines et possède des richesses peu compatibles avec la pauvreté chrétienne préconisée par Saint-Benoît.

Au XVème et XVIème siècle, c’est le grand déclin. Les guerres de religion ravagent le royaume de France, certains moines sont pendus et le monastère est incendié par des évangélistes vaudois. Seuls quelques moines résident encore à l’abbaye.

En 1792, il n’y a plus aucun moine à Sénanque, l’abbaye est vendue comme bien national pour 28 000 francs. Le nouveau propriétaire fait tout pour préserver les lieux de la destruction pendant cette période troublée. Tout ce qui revêt un caractère trop religieux est enlevé des bâtiments et les armoiries du logis abbatial sont martelées.

En 1857, l’abbé de Lérins rachète le site et l’abbaye de Sénanque retrouve sa fonction d’origine. De nouveaux bâtiments se construisent afin d’accueillir les 72 moines qui s’y installent. Au cours des décennies suivantes, l’abbaye sera achetée et revendue à plusieurs reprises, les moines chassés ou contraints à partir, puis autorisés à réinvestir les lieux.

En 1969, les moines ne sont plus capables d’entretenir le monastère, l’abbé de Lérins décide de signer un bail de 30 ans avec la société Berliet qui souhaite établir un centre culturel et entamer des travaux de restauration de l’abbaye. En 1988, la communauté monastique de Lérins est devenue suffisamment importante. Pierre Berliet permet aux moines de réinvestir l’abbaye de Sénanque avant la fin du bail. Les religieux vivent et entretiennent les lieux grâce à leur travail : culture de lavandin et d’olivier, apiculture, visites de l’abbaye, hôtellerie et boutique monastique.

À la rencontre de la vie des moines

Les moines de l’abbaye Notre-Dame de Sénanque ont décidé d’ouvrir les portes de leur lieu de vie afin de permettre au public de découvrir cette construction médiévale ainsi que leur mode de vie. Plusieurs salles peuvent être visitées : l’église abbatiale, le cloître, la salle du chapitre, le chauffoir ainsi que l’ancien dortoir.

Les journées de moines de l’abbaye de Sénanque se partagent entre les prières qui se tiennent sept fois par jours dans l’église abbatiale et le travail. Le mode de vie des cisterciens reste très rude : le premier office se tient à 4h30, le temps de repos n’excède pas 7 heures et le repas, qui sont pris en silence, sont frugaux.

L’hôtellerie de Sénanque accueille les personnes souhaitant partager la vie de prière et de recueillement des moines cisterciens.

Préparer votre visite

L’abbaye est ouverte toute l’année, les horaires changent en fonction des mois.

L’Histopad permet de découvrir l’abbaye de Sénanque de façon ludique et interactive. Cette tablette numérique regorge d’informations sur la vie des premiers moines ayant occupé les lieux, ainsi que celle de ceux y vivant toujours.

Les religieux proposent des visites guidées en français. Les horaires sont disponibles sur le site internet de l’abbaye.

Les produits issus du travail des religieux sont en vente dans la boutique monastique : miel, huile d’olive, huile essentielle de lavandin, etc.

L’abbaye demeure un lieu de vie monastique : une tenue correcte est exigée.

Adresse : 84220 Gordes

Accès : par l’autoroute A7. Dans le sens Lyon – Marseille, sortie 24 (Avignon Sud). Dans le sens Marseille – Lyon, sortie 24 (Cavaillon)

Site Internet : https://www.senanque.fr/