musee-pavillon-vendome-aix-en-provence-CChillio

Le Village des Bories à Gordes

Non loin de Gordes, abrité sur les pentes des Monts de Vaucluse, se dresse le village des Bories. Ce site, accessible par un chemin bordé de murs de pierres sèches empilées, témoigne de la vie en Provence depuis des temps lointains jusqu’à aujourd’hui. Le Village Noir, classé aux Monuments historiques en 1977, compte une trentaine de cabanes de bergers en pierres sèches installées au cœur de la garrigue. À l’ombre des chênes verts du quartier les Savournins-Bas, le village des bories est devenu un musée en plein air entre 1969 et 1976, lorsque Pierre Viala l’acheta.

Les Bories, cabanes en pierres sèches

Les Bories sont de véritables chefs-d’œuvre architecturaux, typiques du quart sud-est de la France. Certaines cabanes peuvent atteindre plusieurs mètres de hauteur.

Elles servaient de grange, d’écurie ou de maison saisonnière pour les agriculteurs dont une parcelle était trop éloignée de la ferme où les éleveurs réalisaient la transhumance avec leur troupeau.

Le mode de construction de ces cabanes en pierre sèche est très particulier. La technique utilisée était celle de l’encorbellement, qui ne nécessite ni mortier ni cintre. Des pierres plates, brutes ou retaillées, en calcaire burdigalien, sont empilées les unes sur les autres. À chaque étage, les pierres de 10 à 15 cm d’épaisseur sont un peu plus avancées vers l’intérieur que sur le précédent. La construction s’achève en voûte. Les entrées des Bories sont généralement basses et étroites. Elles sont souvent surplombées par une dalle servant de linteau, mais sont parfois réalisées en forme d’arc vouté à l’aide de moellons.

Sur la route allant de Gordes à Sénanque, une Borie en forme de demi-nef permet de visualiser et de comprendre la technique. Elle servait à abriter une charrette que l’on faisait rentrer en marche arrière.

Un village à l’architecture remarquable

Le grand nombre de cabanons en pierres sèches présents dans le village des Bories en fait un lieu unique, gardien d’une partie de l’histoire de la Provence. Chacun des bâtiments avait une fonction précise : loger l’agriculteur, protéger les troupeaux, conserver les grains, ranger les outils, etc. Les sept groupes de cabanons témoignent également d’une certaine organisation sociale et économique autour de ce village.

Le village des Bories compte 17 nefs gordoises. Ces édifices indépendants ne sont pas adossés à un autre et consistent en quatre encorbellements opposés deux à deux, s’inscrivant dans un plan rectangle ou trapèze rectangle. Ces bâtiments sont en forme de carène renversée, c’est-à-dire qu’ils ont la forme d’une coque de navire mise à l’envers. Ces bâtiments polyvalents avaient de nombreuses fonctions, c’est ici qu’on en trouve la plus grande concentration. Cela s’explique peut-être par les besoins agricoles de l’époque : il devenait indispensable de cultiver des terres éloignées des villages. Sur les parcelles des Savournins, on pratiquait la polyculture méditerranéenne, l’élevage d’ovins, l’apiculture et l’élevage de ver à soie ainsi que le travail du cuir.

En se basant sur les vestiges céramiques qui ont été retrouvés sur le village des Bories, on estime que ces cabanes de pierres sèches furent occupées du XVIIIème au XIXème siècle. Si les nombreuses trouvailles ont permis de dater l’occupation de ces habitats saisonniers, elles n’ont pas suffi pour estimer la date de construction. Selon certains, ils auraient été construits au VIIème siècle après la chute d’Apta Julia, pour d’autres, les découvertes faites font que le site ne peut être antérieur au XVème siècle.

Le village des Bories doit son salut à Pierre Viala. Dans les années 60, lorsque le site est mis en vente, l’homme, passionné par ces cabanes, le rachète. Le terrain avait été laissé à l’abandon pendant près d’un siècle, il était envahi par les ronces, les pierres de certaines Bories avaient été pillées et les habitations servaient de poste d’affût pour les chasseurs. Pierre Viala défriche le terrain et entreprend un important travail de restauration et de sauvegarde avec l’aide de maçons venus de Gordes. Ses efforts sont récompensés par l’Académie d’Architecture et le site est classé Monument historique en 1977.

Au cœur des paysages du Luberon

Le village des Bories est lové dans un cadre exceptionnel sur les pentes des Monts de Vaucluse et il est entouré de site touristique de renom.

À 4 kilomètres de là se tient Gordes, l’un des plus beaux villages de France. Il domine la plaine du Calavon et bénéficie d’un sublime panorama sur la montagne du Luberon. Gordes possède un riche patrimoine : un château de la Renaissance, une église ressemblant à une forteresse, des sous-sols renfermant des moulins à huile ainsi que des bâtisses seigneuriales.

Au nord du village des cabanes en pierres sèches, l’Abbaye de Sénanque et ses champs de lavandes attendent les visiteurs. Ce monastère est l’un des plus beaux témoignages de l’architecture cistercienne. Il est encore occupé par une communauté de moines qui perpétuent l’artisanat local et permettent aux touristes de découvrir et visiter les lieux.

Préparer votre visite

Le village des Bories se visite toute l’année, les horaires varient en fonction des saisons :

  • De 9h00 à 17h30 en hiver
  • De 9h00 à 20h00 en été
  • Fermeture les 25 décembre et 1er janvier

Adresse : Village des Bories – Les Savournins – 84220 Gordes

Accès : par l’autoroute A7. Dans le sens Lyon – Marseille, sortie 24 (Avignon Sud). Dans le sens Marseille – Lyon, sortie 24 (Cavaillon)

Site Internet : https://levillagedesbories.com/