yoga-musee-Kawee-AdobeStock

Art contemporain et expériences insolites

Se laisser guider par une application pour explorer l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence, royaume du Land Art, passer une nuit dans une œuvre au plus proche de la nature. Et, pourquoi pas, tenter une séance de yoga ou de danse au musée… On vous donne quelques idées pour (re)découvrir l’art contemporain autrement.

 

Le Musée Gassendi

Explorer l’UNESCO Géoparc de Haute Provence avec l’appli Ambulo

À pied ou à vélo, on part explorer les beautés artistiques et naturelles de l’UNESCO Géoparc de Haute-Provence grâce à l’application Ambulo, « Guide de la Traversée Artistique des Préalpes de Digne ». Parcours de randonnée sur le thème de l’art contemporain, entretiens avec des artistes, balades littéraires, parcours en famille… Avec l’application Ambulo, on s’offre une plongée dans l’art en milieu rural. Une expérience immersive où se mêlent art, nature et sport. La dalle aux ammonites, les œuvres à ciel ouvert d’Andy Goldsworthy, de Joan Fontcuberta, de Paul-Armand Gette ou d’Herman de Vries n’auront plus de secret pour vous. Une très belle balade dans les paysages sauvages de Haute-Provence, pour se reconnecter à la création, à la terre, aux autres et à soi-même. L’application Ambulo, téléchargeable gratuitement sur iphone et Android, sur smartphone ou tablette, est développée par le Musée Gassendi et le CAIRN Centre d’Art de Digne-les-Bains.

Dormir dans les « Refuges d’art » d’Andy Goldsworthy

On reste en Haute-Provence. Ici, l’union de l’art et la nature rend possible un voyage inoubliable. Une randonnée de six jours et cinq nuits à la découverte des « Refuges d’Art » d’Andy Goldsworthy. Œuvre répartie sur 150 kilomètres dans l’UNESCO Géoparc de Haut-Provence, les « Refuges d’art » sont d’anciens habitats en ruine restaurés, où l’artiste a conçu in situ une sculpture. L’association L’Art en chemin vous propose de les découvrir, et même d’y dormir, accompagné d’un guide. Fidèle à l’esprit de l’œuvre, l’expérience se vit au plus proche de la nature. Dans les « refuges d’art », ni eau courante, ni électricité, ni sanitaires. Les repas sont préparés à base de produits bio et locaux achetés en vrac, sans emballages. Et, pour se concentrer sur l’essentiel, on part muni d’un sac à dos ultraléger : environ 5 kilos. Trois mots d’ordre : marcher, admirer, se ressourcer.

Du yoga et de la danse au musée

À la Collection Lambert

Se poser, respirer et enchaîner les postures de yoga, le regard plongé dans une œuvre de Jean-Michel Basquiat, de Sol Lewitt ou de Daniel Buren. Voilà une expérience qui conjugue à la perfection harmonie du corps et de l’esprit. Aucune raison de ne pas se laisser tenter… Cela se passe à la Collection Lambert, en Avignon. Un dimanche par mois, l’équipe du studio Inspire Yoga vous convie à une session au calme : le rendez-vous est fixé à 10h, une heure avant l’ouverture du musée au public. Et, pour que l’inspiration née de ce moment de joie et de sérénité soit sans cesse renouvelée, le cours a lieu à chaque séance dans une nouvelle pièce du musée.

À l’Espace de l’Art Concret

À l’Espace de l’Art Concret de Mouans-Sartoux, on pratique aussi le yoga, lors de séances d’une heure adaptées au œuvres avoisinantes. Organisées en dehors des horaires d’ouverture du musée par l’association Sundari yoga, ces sessions se déclinent en trois thèmes : « Zen, calme et paix », « Couleurs, chakras, feu » et « Cercle de la vie, infini ». Ici, l’objectif est de lâcher prise pour se connecter aux œuvres. Dans une version plus dynamique, on opte pour l’atelier danse et musique, orchestré par Corinne Oberdorff, professeur de danse contemporaine, et Davy Sur, musicien. Le principe : visiter les lieux en effectuant des mouvements de danse accessibles à tous. Un moment où se conjuguent art, détente et partage.