Les espaces protégés

Outre ses Parcs nationaux et ses Parcs naturels régionaux, la Provence-Alpes-Côte d’Azur peut se targuer de posséder des petits bijoux de nature, à l’image du Garlaban, de la montagne Sainte-Victoire, des caps Ferrat et d’Aïl ou de la Côte Bleue.

Grands massifs

Cher à Marcel Pagnol, qui y a planté le décor des œuvres relatant ses souvenirs d’enfance, le massif du Garlaban incarne l’essence de la Provence. Situées au nord d’Aubagne, ville natale de l’écrivain, ces collines émaillées d’oliveraies et recouvertes de garrigue exhalent des senteurs de thym et de romarin. Plus à l’est, dans l’arrière-pays tropézien, le massif des Maures s’étend de Hyères à Saint-Raphaël. Littéralement « montagne noire » en provençal, nom tiré de la teinte foncée de sa roche et de sa végétation, elle surprend par son aspect sauvage. Enfin, le massif de l’Esterel, au nord de Fréjus, est une impressionnante masse de roches volcaniques dominant îles et criques parsemées de pins. Les ocres qui le composent offrent un spectacle saisissant aux amoureux de nature qui apprécieront le contraste entre le bleu du littoral et la teinte rouge-orangée des terres.

Massif du Garlaban

Montagnes et réserves de Provence

À quelques kilomètres d’Aix-en-Provence, l’imposante montagne Sainte-Victoire évoque une lame de pierre blanche à ceux qui la découvrent côté sud. Classée « Grand site de France » pour son patrimoine naturel exceptionnel, elle était le sujet favori du peintre Cézanne. Point culminant de la Provence, perché à 1912 mètres, le Mont Ventoux constitue l’épicentre d’une réserve abritant une grande diversité d’espèces animales et végétales. Trait d’union entre les Alpes et la Méditerranée, cet espace naturel a été distingué réserve de biosphère du Mont Ventoux par l’UNESCO. Au nord du Verdon, la réserve géologique de Haute-Provence est la plus importante d’Europe. Elle revendique une identité à la fois alpine et méditerranéenne et réunit des trésors de biodiversité, des sites géologiques et des fossiles remarquables.

Caps…

Entre Menton et Monaco, Roquebrune-Cap-Martin, joyau de la Riviera labellisé Natura 2000, abrite une végétation typiquement méditerranéenne que l’on peut admirer le long du sentier côtier qui surplombe une eau turquoise. Le cap Ferrat – également labelisé Natura 2000 – et le cap d’Ail ne sont qu’à quelques kilomètres de là. Depuis ces lieux paradisiaques, où s’épanouit une végétation luxuriante, une vue dégagée s’étend du massif de l’Esterel aux côtes italiennes. Empruntez aussi le sentier du littoral du cap d’Antibes, ultra-préservé et bordé de pins d’Alep. Au large, les îles de Lérins, Sainte-Marguerite et Saint-Honorat, font respectivement honneur à la flore locale et à l’histoire religieuse de la région.

Côte bleue

Et autres trésors du littoral

Étendue sur 30 kilomètres, entre Martigues et Marseille, la Côte Bleue abrite des trésors marins, préservés par le Parc Marin de la Côte bleue. Le long du sentier littoral alternent falaises et entrées rocheuses. Faites une halte aux pittoresques petits ports de pêche de Carry-le-Rouet, de Sausset-les-Pins, de l’Estaque ou de Carro. À l’est de Marseille, la calanque de Figuerolles, cernée de hautes falaises ocres, a des allures de paysages tropical. Sa voisine, la calanque du Mugel, offre une vue panoramique sur La Ciotat et ses alentours. Enfin, l’île des Embiez, située dans la baie de Six-Fours-les-plages et classée Natura 2000, abrite plages cachées aux eaux translucides et rochers sauvages.