Collection_Lambert-Avignon-PACA-Berger&Berger-FTabourdeau

Art abstrait et art minimal

Dans le Sud, on s’évade avec l’art abstrait et l’art minimal, mouvements contemporains nés aux Etats-Unis dans les années 60. Rendez-vous à l’Espace de l’Art Concret, à la Fondation Vasarely, à la Venet Foundation et à la Collection Lambert.

L’Art abstrait

Naissance d’une nouvelle forme d’art

L’art abstrait émerge en Europe dans les années 1910-1920. Il s’éloigne de la figuration qui, jusque-là, représentait le plus fidèlement possible des sujets ou des objets. L’art abstrait, lui, s’affranchit de la réalité. Cette tendance artistique est constituée de différents mouvements, chaque artiste s’appropriant l’abstraction à sa manière. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, les œuvres abstraites des collections majeures sont plus particulièrement axées sur l’abstraction géométrique, ou inspirées des mathématiques. Direction l’Espace de l’Art concret, la Fondation Vasarely et la Venet Foundation.

Explorer l’univers d’Honegger à l’Espace de l’Art Concret

Artiste et collectionneur Suisse, Gottfried Honegger s’est, dans son œuvre, beaucoup inspiré de la géométrie. Dans les années 60 et 70, il se sert même de techniques informatiques pour réaliser des dessins programmés par ordinateur. Touche-à-tout, Honegger crée aussi des sculptures monumentales, où l’empreinte des mathématiques jaillit au premier coup d’œil. Pour découvrir l’univers de Gottfried Honegger, rendez-vous à l’Espace de l’Art Concret de Mouans-Sartoux, un centre d’art qu’il a lui-même créé en 1990.

Plonger dans l’Op-Art à la Fondation Vasarely

On continue la balade au cœur de l’art abstrait à la Fondation Vasarely d’Aix-en-Provence. La « cité polychrome du bonheur » que le père de l’Op-Art a conçue à l’image de son art : géométrique et axée sur les jeux d’optique. Car Victor Vasarely, qui avait, dans sa jeunesse, entamé des études de médecine, a lui aussi puisé son inspiration dans les sciences. Graphiste à ses débuts, il est fasciné par les formes géométriques – surtout les hexagones – et les possibilités infinies de combinaisons qu’elles offrent.

Contempler les sculptures monumentales à La Venet Foundation

Mondialement connu pour ses sculptures monumentales en acier, Bernar Venet s’inscrit lui aussi dans cette tendance de l’abstraction géométrique. Ses œuvres, disséminées dans les espaces publics des plus grandes villes du monde, sont conçues à partir de formes simples, la plupart du temps des arcs de cercle. Une partie de son travail est exposée à la Venet Fondation, au Muy. Elle côtoie les œuvres d’art minimal et conceptuel réalisées par de grands artistes américains avec qui il a noué des liens forts quand il vivait aux Etats-Unis. Car c’est là-bas, outre-Atlantique, qu’ont émergé, dans la seconde moitié du XXe siècle, les grands mouvements artistiques d’avant-garde.

L’art américain

Un vent de renouveau

Pendant la Seconde Guerre mondiale, beaucoup d’artistes européens fuient l’Europe pour se réfugier aux Etats-Unis. Nombre d’entre eux s’y établissent définitivement. Là-bas, ils initient les artistes américains à la modernité européenne. Et font ainsi basculer le centre de gravité de l’art de l’Europe, où les mouvements d’avant-garde se raréfient, vers les Etats-Unis, qui deviennent alors une terre de création. Pop Art, Land Art (que l’on retrouve notamment au Musée Gassendi et au CAIRN Centre d’Art de Digne-les-Bains), Art minimal et conceptuel voient le jour aux Etats-Unis. Pour comprendre et saisir la puissance artistique de cet art américain, on pousse les portes de la Collection Lambert, en Avignon.  

La Collection Lambert

Immersion dans l’art minimal

Né aux Etats-Unis donc, dans les années 60, l’art minimal puise lui aussi son identité et son inspiration dans les mathématiques et la géométrie. Il emploie des matériaux et des processus de fabrication issus de l’univers industriel. Cette identité se retrouve d’ailleurs dans la finition des œuvres. La Collection Lambert en Avignon, née à l’initiative du marchand d’art et collectionneur Yvon Lambert, abrite de nombreuses créations issues de l’art minimal, dont certaines signées Donald Judd ou Sol LeWitt (« Untitled »). Sur place, on s’accorde aussi quelques instants pour admirer « Asbestos », grande toile de Jean-Michel Basquiat, et d’autres trésors artistiques du mouvements Land Art ou de la photo (Nan Goldin). Ces œuvres sont à découvrir dans un cadre sublime, puisque la Collection Lambert a investi deux hôtels particuliers du XVIIIe siècle au cœur d’Avignon.