© AD04 / Teddy Verneuil

Le Col du Parpaillon

Situé au cœur des Alpes du Sud, non loin du lac de Serre-Ponçon et à la rencontre entre les Alpes-de-Haute-Provence et des Hautes-Alpes, de nombreux cyclotouristes entament chaque année l’ascension du col du Parpaillon, à la recherche de sensations fortes et d’adrénaline. Comme plusieurs autres cols du massif alpin, la route du col du Parpaillon devait faciliter le déplacement des troupes militaire entre les vallées alpines. En 1901, une fois sa construction achevée, cette route reliant Embrun à la vallée d’Ubaye est ainsi devenue un passage stratégique pour les troupes et réduit leur temps de déplacement.

Situé à 2 637 mètres d’altitude, le col du Parpaillon est enneigé durant de longs mois et n’est pas accessible toute l’année. En hiver lors d’importantes chutes de neige, le chemin du col du Parpaillon n’est pas praticable, il est donc important de vous renseigner sur les conditions météorologiques et les dates de fermeture du site avant votre visite. La montée du col du Parpaillon peut se faire par le versant sud-est (depuis Condamine-Châtelard) et par le versant nord (depuis la Chalp de Crévoux).

Le col du Parpaillon à vélo

Le col du Parpaillon est un haut lieu du cyclotourisme et de nombreux visiteurs s’y aventurent chaque année. Au départ de Condamine-Châtelard, la montée du col du Parpaillon représente près de 17 kilomètres. Pour gravir le col et rejoindre son sommet, il vous faudra franchir un dénivelé de 1 355 mètres avec une pente de rampe moyenne de 7,87 % et de maximum 10 %. Ce n’est qu’une fois l’emblématique tunnel de Parpaillon franchi que vous aurez atteint le point culminant de votre parcours, à 2 637 mètres d’altitude.

Au sommet de la route reliant Condamine-Châtelard à Crévoux, l’état de la partie haute de la route est particulièrement rocailleux et difficilement praticable. Les VTT sont donc fortement recommandés pour effectuer cette ascension. Par endroits, il arrive même que la pente se veuille si rugueuse et sinueuse que la descente en VTT n’est recommandée qu’aux cyclistes les plus aguerris. Il est toutefois recommandé de la parcourir à pied. Sur la descente du versant nord-ouest, il faudra atteindre le pont du Réal et la cabane des Espagnols pour retrouver une route en goudron.

Une histoire militaire

La route militaire qui mène au col du Parpaillon a été construite sous la direction du général Baron Berge. Sa construction ne nécessita pas moins de 10 années et ne fut achevée qu’en 1901. En effet, la très haute altitude et les difficultés météorologiques liées aux abondantes chutes de neige ne permettaient la construction du tunnel que quelques mois par an. Au sommet du col du Parpaillon, son désormais célèbre tunnel constitua à l’époque un véritable passage stratégique pour les troupes militaires qui devaient se rendre en Haute-Ubaye.

Aujourd’hui, ce sont cyclistes, motards, randonneurs et automobilistes qui se succèdent sur cette route emblématique à travers un paysage sauvage et grandiose. Au départ inauguré par l’une des figures emblématiques du cyclotourisme, Paul de Vivie dit Vélocio, aujourd’hui le col du Parpaillon est devenu une piste légendaire des parcours en VTT. Ce qui explique également sa popularité, c’est qu’il s’agit d’un des plus hauts cols de France et d’Europe. Il culmine à 2 637 mètres d’altitude.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Antoine Galluet (@antoine_galluet)

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par GRIMPETTE (@grimpette)

D’indéniables qualités touristiques

En randonnée ou à vélo, l’ascension du col du Parpaillon vous offrira une vue spectaculaire sur le plateau alpin à son sommet, mais également sur le chemin. Les paysages, que l’on peut apercevoir dans le film humoristique « Parpaillon » du célèbre Luc Mollet, laissent entrevoir la diversité de la faune et de la flore de ce non moins célèbre col du Parpaillon. Au départ du versant nord comme du versant sud, vous pourrez admirer des paysages d’alpages verdoyants au début de la piste puis, en prenant un peu de hauteur, l’horizon se fait plus rocheux, plus minéral. Sans aucune trace de civilisation à perte de vue, nombreux sont les visiteurs à la recherche de l’air pur de la montagne et de ce havre de paix au cœur de la nature.

Le col du Parpaillon est également un lieu stratégique à proximité de nombreux sites touristiques en Provence. Si vous planifiez de séjourner dans la région, vous pourrez découvrir tous les lieux d’intérêts à proximité tout en arpentant les nombreux cols des Alpes du Sud. Également située dans le massif du Parpaillon, la station de ski des Orres est un lieu touristique de choix. La station est également accessible par le tunnel de Parpaillon, ce chemin est toutefois réservé aux véhicules 4×4.

Du côté de la vallée de l’Ubaye, les vacanciers pourront profiter du lac de Serre-Ponçon pour une pause détente au bord de l’eau. En été, il y est très agréable de pratiquer toutes sortes d’activités nautiques comme le kayak, le rafting ou encore le bateau à voile. En remontant les rives du lac, vous pourrez apercevoir le fameux barrage de Serre-Ponçon qui en vaut le détour.

Nos suggestions