notre dame de la garde

Notre Dame de la Garde à Marseille

Notre Dame de la Garde est le symbole de la ville de Marseille. Depuis 800 ans, les pèlerins s’y succèdent. Depuis la basilique, la cité phocéenne s’offre au visiteur qui peut embrasser toute la ville d’un regard. Il découvre ainsi, perché à 157 mètres d’altitude, le vieux port, les immeubles emblématiques ainsi que les îles du Frioul ou les collines qui ceinturent la ville.

Celle qu’on surnomme dans le sud « la Bonne Mère » a connu de nombreuses vies.

Une vocation religieuse précoce

En 1214, Pierre, un prêtre de Marseille, veut édifier un petit sanctuaire voué à la Vierge Marie. Il choisit un triangle rocheux en haut d’une colline, La Garde, et y fait bâtir une petite chapelle. Le sanctuaire est, de fait, nommé Notre-Dame de la Garde. En 1477, la chapelle est agrandie et peut accueillir jusqu’à 60 personnes.

Un poste de surveillance pour Marseille

En janvier 1516, après sa victoire à Marignan en Italie, le roi François Ier se rend pour la première fois à Marseille et monte à la chapelle afin d’y remplir ses devoirs religieux. Lors de sa visite dans la cité phocéenne, il s’aperçoit qu’elle est mal défendue. Contrairement à beaucoup d’autres villes françaises, Marseille ne possède pas de fort et son enceinte est bien modeste. La Provence n’ayant été rattachée à la France que 35 ans plus tôt, aucun autre roi n’avait encore eu l’occasion de réclamer la construction d’un fort. Cette idée reste dans la tête du souverain lorsqu’il remonte à Paris. 8 ans plus tard, Charles Quint, l’empereur du Saint-Empire romain germanique, tente d’assiéger la ville afin de réunir les deux parties de son empire. Cet événement sert de leçon au roi de France qui décide de faire bâtir non pas un, mais deux forts à Marseille : un premier sur l’île d’If, connu aujourd’hui comme le château d’If et un second sur la colline de La Garde, où il était allé prier lors de sa visite.

La petite chapelle se retrouve englobée dans le fort accueillant gouverneur et garnison. François Ier décide qu’en temps de paix, les citoyens pourront accéder à cet édifice religieux en passant par le pont-levis qui resterait en position basse durant la journée. C’est un cas unique dans l’histoire. Il n’y a aucun autre exemple de sanctuaire, situé à l’intérieur d’un fort en activité, ouvert au public. Cette situation perdura pendant les 4 siècles qui suivirent, jusqu’à ce que le fort soit démilitarisé en 1934.

Lors de la Révolution française, la famille des Bourbon est emprisonnée pendant 6 mois dans le fort de Notre-Dame de la Garde à la suite de l’exécution du roi Louis XVI. En 1793, une politique de déchristianisation est mise en place et la chapelle est dépouillée. Seul subsiste un crucifix datant de la première moitié du XVIème siècle, visible aujourd’hui dans la crypte de Notre-Dame de la Garde.

En 1807, le culte reprend à Notre-Dame de la Garde et un ancien marin offre la statue de la « Vierge au bouquet ». La population de Marseille ne cesse d’augmenter et la chapelle devient trop petite. Les responsables du sanctuaire obtiennent l’autorisation de l’agrandir et abattent les murs de deux petites pièces adjacentes, qui servaient jusqu’alors à la garnison. En 1837, ils remplacent la Vierge offerte par Joseph-Élie Escaramagne par une statue de la Vierge en argent. Elle domine toujours l’autel majeur de la basilique. En 1842, les administrateurs de Notre-Dame commandent une cloche à un fondeur de Lyon. 28 chevaux seront nécessaires pour hisser ce bourdon de 8 234 kilos en haut de la colline de la Garde. Jamais auparavant on n’avait vu une si grosse cloche dans une si petite chapelle.

La construction de la Basilique de notre Dame de la Garde

Après l’apparition du choléra, les pèlerins sont de plus en plus nombreux à se rendre à Notre Dame de la Garde. Il devient nécessaire de construire un édifice plus grand afin de pouvoir les accueillir. En 1851, les responsables reçoivent l’autorisation du ministre de la Guerre de détruire la petite chapelle afin de construire un plus grand sanctuaire, dominé par un clocher. Certains officiers émirent des objections, craignant que la structure ne fasse perdre au fort sa valeur défensive.

 En 1853, la première pierre de la Basilique est posée, mais il faudra attendre 1864 pour que le sanctuaire soit consacré… sans son clocher. Celui-ci ne sera terminé qu’en 1866 et on put y installer l’imposant bourdon qui était, tout à coup, beaucoup mieux proportionné. L’édification du piédestal commence et la statue de la Vierge, œuvre d’Eugène Lequesne, est hissée sur le sommet de celui-ci en 1870.

Toutes les finitions intérieures doivent encore être achevées. De 1872 à 1892, de magnifiques mosaïques sont posées au sol et sur les murs. À la base, la basilique était de style néo-roman, c’est à partir du moment où elle fut décorée par ces mosaïques d’inspiration byzantine qu’on décrivit son architecture comme pleinement romano-byzantine.

Pour faciliter l’accès à la basilique, Émile Maslin s’inspire des ascenseurs aménagés dans la Tour Eiffel. L’élévateur a fonctionné de 1892 à 1967 jusqu’à sa destruction en 1974. En 1897, la construction de la basilique de Notre-Dame de la Garde s’acheva avec la pose de deux imposantes portes en bronze.

La statue monumentale de la Vierge

La statue de la Vierge qui orne Notre-Dame de la Garde et domine tout Marseille est monumentale. Elle fut réalisée en 1869 par galvanoplastie, un procédé qui était tout nouveau à l’époque. Le vierge mesure 11,20 mètres et pèse précisément 9 796 kilos. Cette statue est creuse et un escalier métallique monte à l’intérieur de celle-ci, permettant au plus chanceux d’observer la cité phocéenne à travers les yeux de la Vierge.

Ex-voto

Les marins venaient se recueillir devant la statue de Notre-Dame de la Mer de l’église Saint-Étienne. En 1588, le monument est démoli et ses fidèles prennent alors l’habitude de venir prier à Notre-Dame de la Garde. Les marins y déposent un grand nombre d’ex-voto. Ces offrandes sont des remerciements suite à un vœu exaucé.

La basilique de Notre-Dame possède une large collection d’ex-voto offerts par les marins pour remercier la Vierge de les avoir sauvés d’un naufrage ou d’une tempête. Ces maquettes de bateau ou d’avion (certains ont été offerts par des aviateurs après la guerre) suspendus à la voûte de la basilique offrent un spectacle unique.

Préparer votre visite

Notre-Dame de la Garde se visite gratuitement et est ouverte toute l’année :

  • Domaine : de 7h00 à 19h00
  • Basilique : de 7h00 à 18h30
  • Crypte : de 7h00 à 18h00

La visite de Notre-Dame de la Garde est gratuite. Ce monument est un lieu de culte : des messes y sont célébrées tous les jours, et les visiteurs doivent respecter les offices.