laboratoire -OT_GRASSE

Monuments des Bouches-du-Rhône

Avec ses métropoles dynamiques, ses nombreux villages, ses châteaux et ses édifices religieux, le département des Bouches-du-Rhône s’appuie aussi sur son patrimoine pour s’imposer comme une destination touristique majeure en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Durant votre séjour, visitez les arènes d’Arles et les vestiges antiques, les châteaux du Moyen-âge, les palais de la Renaissance, les églises, les basiliques, les monastères…

Les Arènes d’Arles

Construites durant le premier siècle après Jésus-Christ, les arènes d’Arles comptent parmi les amphithéâtres romains les plus préservés au monde. Quatre tours témoignent de l’histoire médiévale des arènes, transformées un temps en citadelle et en un petit village au cœur de la ville. Les arènes accueillent aujourd’hui encore concerts, spectacles et événements sportifs. Elles se visitent aussi tout au long de l’année.

Glanum

Glanum doit son succès à la présence d’une source réputée sacrée, qui attirait des pèlerins venus de différentes contrées. Fondée par les Celtes, la ville est influencée par la civilisation grecque établie à Marseille, puis passe sous occupation romaine. Ces siècles d’occupation, suivis d’un abandon du site, ont permis de préserver de nombreux vestiges qui se visitent aujourd’hui. Les visiteurs peuvent admirer notamment les temples géminés, les anciens thermes et le Nymphée, la source sacrée vouée au dieu gaulois guérisseur Glanis, puis à la déesse de la santé Valetudo et enfin à Hercule.

L’hôtel de Sade

La ville de Saint-Rémy-de-Provence, voisine de Glanum, a été occupée très tôt par les Romains. La ville a été florissante au Moyen-âge et durant la Renaissance L’hôtel de Sade intègre ce riche passé historique. Édifié sur d’anciens thermes datant du IVe siècle de notre ère, il intègre aussi un bâtiment de la dîme, qui servait autrefois à régler les impôts à l’Église, ainsi que différents édifices religieux et privés. L’hôtel de Sade se visite et expose des trésors archéologiques trouvés lors des fouilles réalisés sur la commune.

L’abbaye de Silvacane

Située à la Roque-d’Anthéron, l’abbaye de Silvacane est un joyau de l’architecture romane. Elle fait partie des sœurs cisterciennes de Provence, témoins et actrices du renouveau monastique du XIIe siècle. Les lieux permettent aussi de valoriser des actions culturelles fortes, avec œuvres d’art et installations. Les visiteurs peuvent par exemple admirer les vitraux du peintre Sarkis Zabunyan, réalisés au début du XXIe siècle.

L’abbaye de Montmajour

Fondée peu avant l’an mil, l’abbaye de Montmajour se compose de plusieurs bâtiments d’époques diverses, du Moyen-âge à la Renaissance. L’ermitage Saint-Pierre, creusé à même la roche, l’abbatiale, construite aux XIIe et XIIIe siècles, la chapelle Sainte-Croix, le monastère Saint-Maur du XVIIIe siècle participent tous de la personnalité des lieux. Le moment fort de la visite est sûrement l’ascension de La tour Pons de l’Orme, qui offre une vue imprenable sur le pays d’Arles et les Alpilles.

Le château des Baux-de-Provence

Les ruines du château des Baux-de-Provence dominent le village du même nom et une grande partie des Alpilles. Cette ancienne forteresse de la puissante famille des Seigneurs des Baux est construite à même la roche et conserve des vestiges impressionnants. Le panorama est saisissant et la vue porte sur des kilomètres à la ronde, à 360 degrés. Les anciennes habitations troglodytes, les ruines de la chapelle, le trou aux lièvres, véritable passage secret, sont quelques-uns des trésors à découvrir durant votre visite.

Le château de Tarascon

Au Moyen-âge, les fleuves et les rivières, préférés aux routes généralement en mauvais état, étaient les principales voies de communication. Les autorités construisaient alors de puissantes forteresses près des cours d’eau, pour surveiller et contrôler le trafic marchand. Le château de Tarascon, construit sur les rives du Rhône, témoignait de la puissance de la famille d’Anjou qui détenait alors la Provence. Il a été plusieurs fois remanié et a connu plusieurs finalités : forteresse médiévale, lieu de résidence, prison…

Le château d’If

La ville de Marseille, épicentre du commerce maritime en Méditerranée, jouait un rôle central pour le Royaume de France au XVIe siècle. La construction du Château d’If a été décidée par François Ier après sa visite de Marseille en 1516, afin de préserver la ville des invasions depuis la mer. La forteresse est un monument historique de première importance, mais aussi un lieu chargé de légendes. Transformé en prison, le château d’If a hébergé des détenus célèbres, réels ou fictifs : Alexandre Dumas s’en sert de décor pour la détention de son héros Edmond Dantès dans le Comte de Monte Cristo.

Notre Dame de la Garde

La colline domine le Lacydon, l’ancienne calanque qui sert de port à Marseille, et a joué très tôt un rôle stratégique dans la défense de la ville. Une tour de guet puis un fort y ont été construits. Mais la colline a aussi très tôt joué un rôle religieux fort, avec la présence dès le XIIIe siècle d’une chapelle dédiée à la Vierge Marie. La basilique Notre Dame de la Garde a été construite au XIXe siècle dans un style néo-byzantin. Visible depuis toute la ville ou presque, elle est couronnée d’une immense statue de la Vierge dorée à l’or fin. Elle abrite des mosaïques magnifiques et de nombreux ex-voto. La vue est imprenable sur les îles, le littoral de la Côte Bleue, les collines de Pagnol et la ville.

Le Palais Longchamp

Pendant longtemps, la ville de Marseille a manqué d’eau, les quelques sources et cours d’eau arrosant la ville ne suffisant pas à fournir l’eau nécessaire à tous les habitants. Pour faire face à ces carences, de formidables travaux d’adduction ont été entrepris. Le Palais Longchamp, construit au XIXe siècle dans un style néoclassique, abrite un château d’eau. Ses ailes accueillent aussi des musées, et ses fontaines célèbrent l’arrivée des eaux de la Durance qui assurent la prospérité de la ville.

Le Moulin de Daudet

Le recueil de nouvelles Lettres de mon moulin fait partie des œuvres les plus emblématiques de la littérature provençale. Son auteur, Alphonse Daudet, était profondément attaché aux Alpilles et y a puisé son inspiration. Séjournant à de multiples reprises à  Fontvieille, l’auteur puisait son inspiration dans les paysages lumineux, les personnages truculents et un patrimoine rural vivant. Le Moulin de Daudet, véritable muse de pierre, incarne aussi une certaine idée de la Provence, intemporelle et permanente.