Le Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain (MAMAC)

Inauguré en 1990, le MAMAC, ou Musée d’Art Moderne et d’Art Contemporain de Nice, propose une architecture audacieuse destinée à accueillir les œuvres et chefs d’œuvre de plusieurs dizaines d’artistes talentueux : tableaux, dessins, installations, sculptures…

Une architecture audacieuse

Le MAMAC offre une architecture originale et ambitieuse, à la hauteur de sa vocation de musée d’art moderne et d’art contemporain. Composé d’une arche à quatre pieds enjambant d’un côté le cours souterrain du Peillon, de l’autre l’ancienne route nationale 7 (aujourd’hui, traverse Garibaldi), le musée se situe au cœur de la cité, contribue à concilier deux aspects centraux dans le tissu urbain niçois. D’un côté, la planification urbanistique datant de l’époque où Nice était régie par le Royaume de Piémont-Sardaigne, et l’utopie suscitée par l’enthousiasme de la Belle Époque. Le caractère monumental de l’ensemble, avec un plan carré et des arcades, évoque l’architecture classique. Mais les jeux de lumière renvoient à une dimension de quiétude qui s’invite au cœur de la ville : les oliviers et arbres plantés sur la place entrent en harmonie et les surfaces lisses des soubassements, en marbre de Carrare, pour un dialogue entre la minéralité et la nature. Le MAMAC s’inscrit dans un projet de « Promenade des Arts ». Les terrains dégagés par la couverture du Peillon offrent une coulée verte au cœur de la ville, tout en permettant la construction d’autres établissements destinés à la culture, comme un théâtre.

Les collections permanentes

Le musée, en accueillant 1300 œuvres d’art créées par plus de 300 artistes, offre un panorama exhaustif de l’art moderne et contemporain de 1950 à nos jours. Les différentes collections s’articulent surtout autour du rapport entre le Nouveau Réalisme européen et l’expression américaine du Pop Art et de l’art d’assemblage. Le musée a pu constituer un tel fonds grâce notamment aux dépôts des archives Yves Klein. La Donation de Niki de Saint Phalle, qui a offert 190 pièces, dont 63 peintures, permet au MAMAC d’être le musée en France qui possède la plus grande collection de l’artiste.

La présentation d’artistes des années 1980 à nos jours, avec des thématiques très présentes comme la peinture figurative, l’esthétique publicitaire, le détournement et le développement de mythologies personnelles. Le musée poursuit l’enrichissement de ses collections, afin de faire connaître l’art moderne et contemporain international, mais aussi régional : depuis les années 1950, la Côte d’Azur a été marquée par une forte émulation artistique qu’il s’agit de documenter et de proposer au public.

Les courants représentés

De nombreux courants sont représentés au sein du musée. Le Pop’Art, né dans les années 1950 au Royaume-Uni et très vite relayé aux États-Unis, est aujourd’hui encore l’un des courants les plus connus du grand public. Il est porté par des artistes comme Andy Warhol, certainement le plus célèbre, mais aussi Tom Wesselmann, Claes Oldenburg, Jim Dine, Roy Lichtenstein, James Rosenquist, George Segal ou encore John Chamberlain.

Le Nouveau Réalisme est le pendant français du Pop’Art. Au début des années 1960, ce courant se rassemble autour du critique Pierre Restany. Le courant prône notamment « une nouvelle approche perceptive du réel » et est porté par des artistes comme Yves Klein, mais aussi César, connu pour ses compressions, Aman et ses accumulations, Niki de Saint-Phalle et ses tirs, Daniel Spoerri et ses tableaux-pièges, ou encore Jean Tinguely et ses incroyables ressources technologiques .

L’Art Minimal, ou Art Conceptuel, est aussi présenté au MAMAC. Les visiteurs peuvent découvrir ce courant désireux de renouveler l’approche sculpturale et picturale de l’abstraction. De Morris Louis et d’Ellsworth Kelly à Frank Stella, de Larry Poons à Sol LeWitt, ce courant s’adresse plus à l’esprit (ou au cœur) qu’aux sens.

Raphaël Monticelli, Serge Maccaferri, Martin Miguel, Marcel Alocco, mais aussi Vivien Isnard, Louis Chacallis ou Max Charvolen sont les artistes niçois qui composent le noyau dur du Groupe 70, avec une approche voisine des supports-surfaciens. Ce courant de la Côte d’Azur est évidemment à l’honneur.

Le groupe Fluxus possède un état d’esprit particulier, dont l’humour nihiliste confine parfois au non-art. Ces artistes, inspirés par la musique de John Cage, de La Monte Young ou de Pierre Schaeffer, que l’on pourrait qualifier de « dadaiste », incarnent un renouveau en s’engageant dans un art de la performance. Les principaux artistes de ce courant sont Robert Filliou, Nam June Paik, Brecht, Beuys, mais aussi Serge III et Pierre Pinoncelli.

La figuration libre, apparue à la faveur des années 1980, rassemble des artistes comme Robert Combas, Jean-Michel Alberola ou Jean-Charles Blais

Les œuvres in situ

Le MAMAC accueille aussi plusieurs œuvres spécialement réalisées pour le musée. Dès l’entrée, l’œuvre murale de Tania Mouraud, longue de 33 mètres, cite l’opéra Tosca de Giacomo Puccini. Richard Long, avec Stopping and going on, a réalisé une penture murale in situ qui interroge sur le rapport entre l’homme et la nature, le marcheur et le paysage qu’il traverse. David Tremlett, artiste emblématique du Land Art, a pu en 2005 exprimer son art sur l’escalier elliptique qui donne accès aux terrasses du musée.

Plusieurs statues monumentales viennent aussi enrichir votre visite : Le Monstre du Loch Ness, de Niki de Saint Phalle, est installé sur le parvis du Musée d’Art moderne et d’Art contemporain.

Les façades servent aussi de supports à des installations temporaires. Claude Viallat, Arman, Sol Levitt, Alain Jacquet, Éric Michel ont pu offrir à la ville de Nice des œuvres vivantes et temporaires d’une grande puissance.

Expositions et événements

L’art moderne et contemporain, d’une grande force d’expression et d’une richesse exceptionnelle, peut être mis en lumière sous de nombreux éclairages. Les expositions du MAMAC de Nice s’attachent à mettre en avant des artistes et des courants connus ou plus confidentiels. En 2020, Lars Fredrikson est à l’honneur avec une exposition qui lui est consacrée. La même année, l’exposition She-Bam Pow POP Wizz ! met en avant celles que l’on surnomme les amazones du Pop, très actives dans les années 1960 et au début des années 1970.

Les enfants et les jeunes peuvent aussi apprécier aussi l’œuvre d’art. Le MAMAC organise notamment des visites de groupes destinées aux établissements scolaires. Le dimanche matin, sur réservation, des conférenciers, des artistes, des chercheurs invitent les visiteurs à des visites buissonnières. Ils peuvent ainsi enrichir la découverte des visiteurs de leur propre regard. Des ateliers ou workshops sont proposés aussi régulièrement.

Informations pratiques

  • Jours d’ouverture : Tous les jours sauf le lundi. Fermeture le 1er janvier, le dimanche de Pâques, le 1er mai, et le 25 décembre
  • Horaires : de 11h00 à 18h00 du 1er novembre au 30 avril, de 10h00 à 18h00 du 2 mai au 31 octobre.
  • Adresse : Place Yves Klein, 06364 Nice
  • Accès : le musée se situe à proximité du centre historique. Vous pouvez facilement stationner au Parking Promenade des Arts (18 avenue Saint-Jean-Baptiste, 06000 Nice). En transport en commun, emprunter le Tramway Ligne 1.