laboratoire -OT_GRASSE

Le Musée international de la parfumerie

Créé en 1989, le Musée international de la parfumerie de Grasse se décline en deux espaces complémentaires. Le Musée international de la parfumerie, situé au centre-ville, s’intéresse au rôle qu’ont joué les parfums dans les civilisations. Les jardins, situés dans la plaine grassoise, accueillent un conservatoire des plantes qui entrent dans la composition des parfums.

Grasse et le parfum

Au Moyen-âge, la ville de Grasse était surtout réputée pour ses activités de tannerie et de ganterie. Les tanneurs et maîtres gantiers sont ainsi réputés dans toute l’Europe. Mais le tannage du cuir repose sur des méthodes malodorantes, et les riches bourgeois et nobles se plaignent de l’odeur désagréable de leurs gants et accessoires en cuir. Jusqu’au jour où un artisan a l’idée de plonger ses articles dans des bains d’essence parfumée. À partir du XVIe siècle, les gants vendus par les artisans grassois sont parfumés, et les fragrances qu’ils exhalent deviennent un véritable argument de vente. La parfumerie se développe fortement dans la région de Grasse, portée par un terroir propice à la culture de plantes odorantes.

Au XVIIe siècle, des plantes issues de tous les continents sont introduites dans la région : le jasmin vient d’Inde, la tubéreuse est originaire d’Italie. Le travail du cuir est abandonné au profit de la parfumerie au XVIIIe siècle, qui devient l’activité principale de la ville au XIXe siècle : les jardins fleuris se multiplient dans la campagne. En difficulté à la fin du XIXe siècle et au XXe siècle, l’industrie du parfum grassoise a su se transformer et trouver un nouvel équilibre, grâce à l’image de qualité, de savoir-faire et de luxe de la parfumerie française.

Le Musée International de la Parfumerie

Quel meilleur endroit que Grasse, berceau de la parfumerie de luxe dont la France est l’emblème, pour installer le Musée International de la Parfumerie ? Créé en 1989, il offre aux visiteurs, à travers plusieurs parcours muséographiques, de découvrir l’importance du parfum dans de nombreuses cultures à travers les siècles. L’histoire de cette activité est retracée, des prémices à l’industrialisation, des industriels aux grandes Maisons dont le nom impose aujourd’hui encore une certaine idée du luxe.

C’est un savoir-faire complexe, reposant sur le travail de nombreuses générations, qui est mis en avant dans ce qu’il a de noble, de raffiné et d’élégant. Les différents aspects sont abordés, avec une démarche anthropologique qui s’intéresse à tous les aspects : des matières premières aux procédés de distillation et de fabrication, industriels ou plus artisanaux, en passant par le négoce, le travail sur le design et la mise en valeur du produit.

Plusieurs parcours thématiques

Le musée est organisé en cinq grandes parties, avec une démarche historique et chronologique qui retrace quatre millénaires : Antiquité, Moyen-âge, périodes moderne et contemporaine, chaque période possède son propre rapport aux parfums. Les thématiques contemporaines sont aussi abordées : élégance, classicisme, magie, dynamisme, frivolité, hygiène.

Le Musée International de la Parfumerie s’adresse à tous les sens. De nombreux objets précieux, destinés à accueillir ces fragrances subtiles, sont exposés : l’albâtre, la céramique, la faïence émaillée, les métaux les plus finement ouvragés flattent l’œil et émerveillent.

La muséographie, vivante, s’intéresse au passé sans oublier le présent et le futur. Un travail de prospective est proposé aux visiteurs, avec des réflexions autour de la mondialisation, du marketing, de la communication et des nouveaux marchés.

Les Jardins du MiP

Les fragrances les plus subtiles, qui s’invitent dans le sillage des plus grandes célébrités, qui nous aident à nous sentir belles et beaux, séduisantes et séduisants, naissent le plus souvent dans les fleurs.

Les jardins accueillent de nombreuses plantes odorantes, qui s’épanouissent sous le soleil de la Côte d’Azur. Les visiteurs se promènent ici au milieu des roses, des jasmins, des tubéreuses, des genêts, des fleurs d’oranger, des parterres de géraniums et de précieux plants de lavande. Les odeurs, enivrantes, font pleinement partie de l’expérience de la visite.

Les jardins du Musée International de la Parfumerie, situés aux portes de Grasse, s’étendent sur 2 hectares, autour d’un bassin agricole et d’un vieux canal. Ce conservatoire assure la préservation d’espèces traditionnellement cultivées pour les parfumeurs, ainsi que la mise en valeur d’autres collections de plantes aromatiques ou odorantes, et rend ainsi hommage à la diversité de l’agriculture locale.

Une exposition permanente offre une approche scientifique complémentaire, expliquant le rôle joué par l’odeur pour les plantes. Les notions d’écosystème, d’insectes, de senteurs et d’histoire y sont abordées.

Informations pratiques

  • Temps de visite : 1 à 2 heures minimum pour chaque site
  • Jours d’ouverture et horaires du musée : fermé le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier. Ouvert de 10h00 à 17h30 (10h00 à 19h00 en été)
  • Jours d’ouverture et horaires des jardins : fermé le 1er mai, le 25 décembre et le 1er janvier. Ouvert de 10h00 à 17h30 (printemps), de 10h00 à 19h00 (été), de 10h00 à 17h30 (automne).
  • Adresse du musée : 2 Boulevard du Jeu de Ballon, 06130 Grasse
  • Adresse des jardins : 979 chemin des Gourettes 06370 Mouans-Sartoux
  • Distinctions : labellisé Musée de France
  • Accessibilité : aménagements pour les personnes à mobilité réduite
  • Site Internet: https://www.museesdegrasse.com/