musee-arles-antique-CChillio

Le musée départemental Arles Antique

La ville d’Arles abrite une densité exceptionnelle de monuments et de vestiges datant de l’époque gallo-romaine. Les arènes, le théâtre, les cryptoportiques ou les ruines des thermes témoignent de cette prospérité antique. Les campagnes de fouilles successives ont permis de mettre à jour des vestiges archéologiques exceptionnels, que vous invite à découvrir le musée départemental Arles Antique.

Arles, ville romaine

La position de la ville, non loin de l’embouchure du Rhône, en fait un site stratégique qui est occupé par les peuples celto-ligures puis par les Grecs implantés à Massalia, la future Marseille. La ville prend son essor au premier siècle av. J.-C., quand la cité soutient Jules César. Le vainqueur, magnanime, en fait une colonie romaine qui accueille de nombreux vétérans. Un plan d’urbanisme ambitieux est lancé avec la création d’une enceinte fortifiée, l’aménagement d’espaces publics, la construction du forum, du théâtre et de l’arc du Rhône.

Arles connaît sous la domination romaine une ère de prospérité exceptionnelle. Le commerce y est florissant, la cité contrôlant le trafic fluvial sur le Rhône. Les arènes que nous connaissons encore aujourd’hui sont construites au Ier siècle apr. J.-C.. Un cirque est érigé au IIe siècle. La cité adopte le christianisme aux alentours du IIIe siècle. L’empereur Constantin, au début du IVe siècle, réside régulièrement dans son palais arlésien.

De cette époque faste nous sont parvenus de nombreux monuments, mais aussi des vestiges innombrables. Les anciennes villas gallo-romaines, les épaves ont livré aux archéologues leurs lots d’amphores, de pièces de monnaie, de mosaïques, de sculptures…

Une longue tradition archéologique

La ville d’Arles possède une longue tradition archéologique. Dès le XVIe siècle, des amateurs et collectionneurs arlésiens constituent des cabinets de curiosité. Au début du XVIIe siècle, la Maison commune accueille la première présentation d’œuvres antiques au public. Cette prise de conscience se traduit aussi, toujours au XVIIe siècle, par un arrêté ordonnant que les nouvelles découvertes soient déposées à la Maison commune. L’hôtel de ville offre ensuite un espace d’exposition, dans le hall d’entrée. Quelques-unes des plus belles œuvres du musée départemental Arles Antique, comme la statue de Médée ou le torse d’Aiôn, ont ainsi pu nous parvenir.

Le premier musée archéologique est créé en 1784 sur le site des Alyscamps. Un édit impérial, signé par Napoléon Ier, permet la création d’un musée dans l’église Sainte-Anne sous la Restauration. Le musée est agrandi en 1936, avec l’annexion de la chapelle des Jésuites. Le musée départemental Arles Antique est construit à la fin du XXe siècle pour accueillir, avec une muséographie repensée et modernisée, toutes les collections. Il est construit sur le site de l’ancien cirque, où les Romains assistaient aux courses de chars.

À la découverte du musée

Le musée départemental Arles Antique est pensé comme une véritable cité muséale. L’architecte Henri Ciriani a créé un espace où les visiteurs peuvent déambuler en toute liberté et déambuler entre les œuvres, comme ils flâneraient dans les rues d’une ville. Le parcours est organisé en boucle, et s’articule autour d’un patio central rappelant l’architecture dans d’anciennes demeures romaines. Des espaces privilégiés, offrant des points de vue particuliers, permettent d’apprécier les plus grandes œuvres comme l’imposante statue d’Auguste en marbre. Une passerelle permet aussi d’enjamber la fosse aux mosaïques, mettant ainsi en valeur cette expression artistique au cœur de la culture antique.

Les différentes pièces sont présentées selon une double logique chronologique et thématique. Les périodes pré et post-romaines sont abordées en début et en fin de parcours. La civilisation romaine est quant à elle déclinée à travers plusieurs thèmes complémentaires. La lumière joue aussi un rôle symbolique fort, renforçant le rôle culturel et civilisationnel fort de la culture romaine pour la ville d’Arles et la Provence.

Des actions archéologiques concrètes

S’appuyant sur une équipe de 8 restaurateurs spécialisés, l’atelier de conservation et de restauration des mosaïques est investi d’une mission de conservation préventive, mais aussi de restauration et de présentation des mosaïques et des enduits peints antiques. L’atelier est sollicité en France et à l’étranger, dans des musées ou directement sur des sites archéologiques qui requièrent une expertise poussée et un savoir-faire unique en France. Des colloques et des conférences, des publications mettent en valeur ce travail indispensable. L’atelier a aussi une mission de médiation auprès d’adultes et d’enfants.

Le service archéologique du musée s’occupe aussi d’opérations archéologiques. Des fouilles effectuées dans le Rhône entre 2008 et 2011 ont notamment permis de renflouer l’épave d’un chaland gallo-romain et de découvrir près de 480 objets divers, tout en abordant de nouvelles thématiques autour de la navigation, du commerce et des activités de l’ancien port fluvial.

Événements et expositions

L’exposition Actéon, le chasseur est la proie, a séduit le public du musée en 2019 et 2020. Moderne et audacieuse, s’appuyant sur une technologie innovante, cette exposition a revisité le mythe d’Actéon, un chasseur grec qui, pour avoir osé défier la déesse Diane, a été dévoré à son tour. Les expositions peuvent aussi occuper les espaces extérieurs, comme On dévore le musée : Big Torrent, qui s’est invitée dans les jardins.

Des colloques et des conférences sont organisés tout au long de l’année dans l’auditorium. Vous pouvez assister à des enquêtes théâtrales, à la projection de films, de documentaires et de péplums, à des spectacles vivants divers.

Les visites en famille peuvent aussi être enrichies par des ateliers destinés aux adultes ou aux enfants.

Informations pratiques

  • Temps de visite : une heure environ
  • Jours d’ouverture : Ouvert tous les jours, sauf le mardi. Fermeture les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre et 25 décembre
  • Horaires : de 10h à 18h
  • Adresse : Presqu’île du Cirque Romain, 13200 Arles
  • Accès : le musée se situe au sud-ouest de la ville antique, à la confluence du Rhône et du Canal de navigation d’Arles à Bouc.
  • Accessibilité : établissement bénéficiant du label Tourisme et Handicap
  • Site Internet: http://www.arles-antique.cg13.fr/